×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Digital: Le Maroc en force au salon Vivatech de Paris

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5517 Le 16/05/2019 | Partager
    16 startups porte-drapeau du Royaume à Paris
    Elles jouissent de l’accompagnement de l’ADD
    salon-vivatech-de-paris-017.jpg

    16 startups marocaines spécialisées dans le digital participent à l’Afribytes Conference et au salon Vivatech à Paris. Invités par l’ADD, les managers de ces sociétés mettent en avant l’expertise marocaine dans le domaine du numérique (Ph YSA)

    Le futur sera on-line, numérique et digital. Dans un monde où plus de 80% des réservations de voyages, hôtels et autres se font via internet, et le nombre des smartphones en Afrique accroît d’une manière exponentielle, le Maroc doit se positionner. Tout le défi est d’être «update», accompagner le développement rapide de l’intelligence artificielle, se préparer à un monde en constante mutation, et créer de nouveaux emplois.

    C’est dans cette optique que le Royaume participe, depuis hier 15 mai, à l’Afrobytes Tech Conference et au Salon VivaTechnology de Paris (France). L’événement qui se poursuit jusqu’au 18 mai connaît une forte participation marocaine. Conviés par l’Agence du développement du digital (ADD), les managers de 16 startups marocaines à fort potentiel ont fait le déplacement. Ils affûtent leurs armes et vantent l’intelligence d’un secteur en émergence. Décryptage.

    ■ Promouvoir les outils numériques, une priorité
    C’est la première sortie médiatique pour Sidi Mohammed Drissi Melyani, nouveau directeur de l’ADD. Cet établissement relevant du ministère de l’Industrie, du Commerce, et de l’Economie numérique, est chargé de mettre en œuvre la stratégie de l’Etat en matière de développement du digital et de promouvoir les outils numériques et le développement de leur usage auprès de l’administration, des entreprises et des citoyens. «Notre agence accompagne les différents acteurs et intervenants dans la transformation digitale de notre pays en adoptant une approche participative, réaliste et intégrée», indique Melyani. Devant les participants à l’Afrobytes Tech Conference, ce dernier a présenté l’expérience du Maroc et la détermination du pays à soutenir et promouvoir le tissu des startups innovantes en améliorant significativement l’environnement propice à leur développement. Et ce, afin de renforcer leur compétitivité et assurer leur rayonnement à l’échelle régionale, continentale et internationale. A ce titre, «l’ADD veut faire converger les initiatives visant à l’émergence d’une économie digitale inclusive, en vue d’un développement économique et social soutenu», est-il ajouté.

    ■ Des jeux vidéos «made in Morocco»
    Retenez bien son nom «Altplay Studio». C’est la startup qui réalise des jeux vidéos «made in Morocco». Représentée par Mark Yassine, Altplay Studio est une startup de développement de jeux fondée par des professionnels de l’industrie du jeu vidéo avec plus de 9 ans d’expérience au sein d’entreprises telles que Ubisoft. «Notre startup crée une expérience de jeu enrichissante pour les joueurs mondiaux intéressés par les concepts de jeu. Elle défend plusieurs valeurs tels la créativité, le partage, le travail d’équipe, la passion, l’innovation et l’amusement», résume son représentant.

    ■ Imaginer et créer n’importe quelle forme de produit
    De son côté, Achraf Lemnini, qui parle au nom d’Ashno-share Technologies, évoque «un hologramme pour révolutionner le «retail». En fait, dans ce secteur, des études ont démontré l’influence des expériences et des interactions numériques sur le mode de dépense des clients. Aussi, 70% des décisions d’achat sont prises au niveau des rayons. Ashnoo.com (Ashnoo-Share Technologies) est dans ce contexte la première plateforme de publicité holographique sur étagère au monde. Un hologramme intégré connecté à une plateforme cloud permet à l’annonceur de télécharger des vidéos, cibler un public et obtenir des analyses en termes de vues et de temps passé sur l’annonce. «Notre startup a imaginé et créé cet hologramme (matériel) qui peut prendre n’importe quelle forme en fonction du produit, s’éteindre de lui-même en restant connecté à internet via wifi et 4G tout en présentant une simplicité dans la mise en œuvre sans connaissances techniques requises», explique Lemnini. Ce qui lui a valu la confiance de grandes entreprises internationales comme Procter & Gamble et ambitionne de développer davantage son activité au Maroc et au Moyen-Orient dans les mois à venir.

    ■ Développer des solutions pour l’industrie 4.0
    Hafid Griguer, de la société «PilliotY», a mis en avant le développement de solutions industrielles et la création de produits propres (Deep-Tech) à forte dominance électronique, mécatronique et numérique. Une vision industrielle globale, un portefeuille de briques technologiques et une équipe d’ingénieurs experts ont permis à PilliotY de confirmer sa position de partenaire technologique de plusieurs groupes industriels de renom. «Grâce à une solide expérience multidisciplinaire, notre société propose une méthodologie de développement innovante basée sur l’agilité et centrée sur une parfaite compréhension du besoin du client en termes de délais, de coût et de performance», explique le jeune manager. Sa startup assure toutes les étapes de la gestion de projet et du cycle du produit, de la conception à la production en série, en passant par les phases de R&D, de validation & tests, de certification et d’intégration. L’entreprise s’adresse aux secteurs à fort potentiel de développement tels que l’Industrie 4.0 (usine intelligente), les villes intelligentes, l’énergie et la technologie verte dite propre. Elle propose des solutions innovantes qui reposent sur un savoir-faire technologique multidisciplinaire tel que: systèmes embarqués, mécatronique, IIOT, intelligence artificielle, calcul de bord, réalité augmentée, privacy by design.

    ■ La technologie en faveur d’une agriculture durable en Afrique
    A Paris, il y a aussi ceux qui prônent une agriculture durable en Afrique grâce aux nouvelles technologies. Parmi eux figurent Hamza Bendahou et Hamza Rkha Chaham de «Sowit». Cette startup est le fruit de la réflexion de deux jeunes Marocains, passionnés des problématiques agricoles en Afrique. Conscients du retard majeur de l’agriculture sur le continent, ils décident de créer une entreprise qui met la technologie au service du développement de l’agriculture africaine. Sowit nourrit aujourd’hui l’ambition d’aider l’agriculteur africain à mieux connaître ses cultures pour ajuster sa prise de décision dans les moments les plus stratégiques et optimiser ses rendements.
    L’agriculteur africain est, en moyenne, trois fois moins productif que son homologue asiatique, notamment du fait d’un manque d’information. Dans ce sens, l’entreprise fournit aux agriculteurs deux types d’outils d’aide à la décision. Plus concrètement, il s’agit d’outils d’aide à la décision générique et à valeur informative: météo, prix du marché selon les cultures, tendance anticipée et d’outils d’aide à la décision personnalisés selon la localisation des champs, le type de culture, l’itinéraire technique et les objectifs de l’agriculteur: conseils pour la fertilisation, l’irrigation… L’objectif est de rendre ces outils accessibles pour l’ensemble des producteurs, quelle que soit leur taille. Développer une agriculture durable signifie pouvoir améliorer le système agricole pour répondre aux besoins de la population actuelle, mais aussi en anticipation des besoins de la population future. En ce sens, Sowit prend en compte la nécessité de la durabilité pour la révolution verte africaine, durabilité aussi écologique qu’économique, si on veut permettre au continent de se développer de manière pérenne et de répondre aux besoins grandissants des populations africaine et mondiale.

    DNES, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc