×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    La formation professionnelle règle son cadran sur l’IA

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5508 Le 03/05/2019 | Partager
    Chaque région sera dotée d’une Cité des métiers et des compétences
    Digital-offshoring, intelligence artificielle, l’industrie navale... parmi les formations
    Alternance, apprentissage, renforcement des langues… les choix pédagogiques
    formation_professionnelle_008.jpg

    La nouvelle vision pour le développement de la formation professionnelle a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques de chaque région en compétences en vue d’accompagner son développement

    Enfin de la visibilité pour la formation professionnelle (FP). Le secteur dispose désormais d’une réforme avec une feuille de route pour accompagner le développement du pays et l’insertion des jeunes dans le marché du travail. Elle a été présentée dernièrement devant le Souverain par Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle. La stratégie du développement de la FP est fondée sur deux objectifs majeurs.

    «Le premier s’inscrit dans le chantier de l’implémentation de la régionalisation avancée et le second vise à répondre à des besoins sectoriels au niveau de chaque région», résume Mohamed El Rherras, Secrétaire d’Etat, chargé de la FP. Pour ce faire, la feuille de route prévoit la création d’une nouvelle génération de centres de FP au niveau de chaque région. Il s’agit des Cités des métiers et des compétences, structures multisectorielles et multifonctionnelles.

    «Ces structures fonctionneront sur la base du principe de la mutualisation dans un esprit d’optimisation de l’utilisation des ressources communes disponibles, notamment en ce qui concerne les plateformes numériques, les centres de langues, les bibliothèques et médiathèques et les internats», précise le ministre de l’Education nationale. Ces cités vont assurer différents secteurs de formation qui répondent notamment aux besoins des métiers liés aux domaines d’activité porteurs de l’écosystème de chaque région.

    Les formations en rapport avec les métiers du futur comme le digital-offshoring, secteur-clé d’avenir, créateur d’emplois, seront déployées dans les 12 régions. Des formations en intelligence artificielle seront proposées au niveau des régions de Rabat et de Casablanca.

    Les formations dans les filières concernant des secteurs porteurs, en l’occurrence l’agriculture, l’agro-industrie et l’industrie seront offertes dans la majorité des régions. Alors que pour d’autres secteurs comme l’artisanat, le tourisme, l’industrie navale et la santé, l’offre de formation sera en fonction des potentialités de chaque région.

    En plus de la formation diplomante, ces cités pourront accueillir et développer l’ensemble des programmes destinés aux jeunes travaillant dans le secteur informel. Ce qui va permettre de renforcer leurs compétences techniques et transversales, notamment en langues, afin de leur permettre d’intégrer le secteur formel, explique Amzazi.

    Orientation précoce

    La modernisation des méthodes pédagogiques figure parmi les axes principaux de la feuille de route pour le développement de la FP. Les méthodes pédagogiques préconisées privilégient la maîtrise des langues, l’approche par compétence, et accordent la priorité à l’implication des professionnels, notamment en favorisant la formation en milieu professionnel à travers l’alternance et l’apprentissage, explique Amzazi.

    La feuille de route prévoit aussi un système d’orientation précoce. Sur le volet gouvernance, les Cités des métiers et des compétences auront le statut de sociétés anonymes, filiales de l’OFPPT et dotées d’un conseil d’administration tripartite, impliquant les professionnels, la région et l’Etat, signale le ministre de l’Education nationale. Ce qui va permettre aux acteurs publics et privés de contribuer à la définition des besoins en formation pour le développement de leur région.

    Pour la mise en œuvre de cette feuille de route, il a été prévu le lancement des études relatives à la consistance physique des cités et à leur ingénierie pédagogique dès le mois d’avril 2019. Ce qui va permettre le démarrage des constructions à partir de janvier prochain, afin que l’ouverture progressive de ces nouvelles structures puisse débuter à la rentrée 2021 et se poursuivre à la rentrée suivante, est-il précisé. Le coût global d’investissement pour les 12 cités avoisine les 3,6 milliards de DH qui seront mobilisés conjointement par l’Etat, l’OFPPT et les régions.

    Réforme de l’université aussi

    Après la FP, des mesures de réforme de l’université seront lancées à partir de septembre 2020. Parmi ces réformes, il y a la mise en place d’un système d’orientation actif. L’objectif est de permettre aux nouveaux bacheliers de s’inscrire dans les filières sur la base d’un projet personnel et en fonction de leurs prérequis. Une grande partie des étudiants choisissent la faculté par défaut, ce qui contribue à l’augmentation du taux d’échec. Près de 85% des étudiants de l’enseignement supérieur se trouvent dans des établissements à accès ouvert, rappelle Amzazi. Selon ce dernier, 22% des nouveaux inscrits abandonnent avant même de terminer le premier semestre de la première année surtout dans les facultés où les cours sont dispensés en langue française comme la faculté des sciences. Au menu des réformes, le remplacement de la licence par le bachelor avec une durée de 4 ans. A l’instar de la FP, l’offre de formation doit répondre à une demande exprimée par le marché.

    N.E.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc