×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Spécial Auto

    Allemandes et françaises, le haut de gamme brille à Genève

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5474 Le 15/03/2019 | Partager
    Les constructeurs restent concentrés sur les citadines
    Peugeot, Audi, Mercedes, BMW, parmi les marques ayant présenté des nouveautés
    audi-et-volkswagen.jpg

    Audi et Volkswagen ont été très prolifiques lors de cette édition du Salon de Genève avec le lancement de nombreux modèles (Ph. Gims)

    Lors du Salon de l’automobile de Genève qui se déroule jusqu’au 17 mars, la catégorie des véhicules premium n’a pas démérité même si les nouveautés dans le domaine des citadines et surtout de l’électrique ont occupé le devant de la scène.

    Eclectisme, luxe et raffinement et surtout équipements, tels sont les maîtres mots des constructeurs automobiles qui occupent cette tranche d’élite. Il s’agit d’un créneau où l’on ne se presse pas et où le rapport qualité-prix n’est pas le critère le plus important et où les réputations se font à coups de velours et de bois précieux souvent dans la plus pure tradition anglaise où on soigne la qualité de fabrication et on pousse le confort au maximum, comme pour les allemandes. Mais dans ce créneau, des marques généralistes ont commencé à s’engouffrer comme c’est le cas des françaises.

    Parmi ces dernières, Peugeot, qui a présenté lors du salon sa dernière déclinaison de la 508. Le millésime 2019 de ce modèle mythique de la marque au Lion se présente sous un visage nouveau avec des motorisations modernes et une transmission renouvelée dont une boîte automatique à 8 rapports.

    Mais la principale évolution, plutôt révolution, est l’option des designers pour un hayon au lieu d’un coffre classique avec un volume de plus de 1.500 litres. Le modèle vient directement empiéter sur les plates bandes de la A4 d’Audi et de la série 3 de BMW et entre en confrontation frontale avec la légendaire Passat.

    Préparant un passage vers l’électrique, Peugeot a présenté un prototype électrique basé sur le châssis de la 508, un avant-goût de ce que seront les futures déclinaisons de ce modèle.  Outre-Rhin, Audi a profité du rendez-vous genevois pour présenter les versions hybrides rechargeables de ses modèles de prestige, la Q5 mais aussi la A6, A7 et la A8.

    La marque aux anneaux a aussi annoncé l’arrivée prochaine d’un SUV électrique de moyenne gamme, le Q4 e-tron qui pourrait être commercialisé l’année prochaine.

    audi_et_volkswagen_2.jpg

     

    BMW part elle aussi sur le même trend d’électrification avec la Série 7 et les récents X3 M et X4 M. C’est que le constructeur allemand mise sur l’électrique qui commence à peser grandement dans ses ventes avec 140.000 unités écoulées l’année dernière. A terme, le constructeur bavarois entend élargir la tendance et proposer l’ensemble de sa gamme composée de 25 modèles avec trois types de motorisations, thermique, électrique et hybride rechargeable. Enfin le salon a été l’occasion de lancer un modèle de rêve, la série 8 dévoilée au Salon de Los Angeles 2018, en novembre dernier.

    Même son de cloche chez Jeep qui a dévoilé les versions hybrides rechargeables des Renegade et Compass.

    Mercedes, qui réserve ses surprises pour le Salon de Francfort, n’a pas démérité. Elle a présenté la version rafraîchie du GLC et de la classe V qui s’offre une option électrique sous forme de concept-car, l’EQV. Mais la nouveauté reste la CLA Shooting Brake, qui tente un mariage forcé entre un break et un coupé et s’en sort plutôt bien côté lignes avec plus d’espace intérieur par rapport au modèle précédent sorti en 2015. Mais les amateurs devront attendre un peu avant de pouvoir monter à bord car ses livraisons ne sont prévues qu’à partir de septembre en Europe.

    Chez Volkswagen, la star est incontestablement le ID Buggy, un véhicule de loisirs 100% électrique. Il s’agit de la vision moderne du buggy des bords de plage des années 70. Un SUV sportif, le T-Roc R, qui partage le stand de la marque allemande avec une Multiva et un Passat restylés.

    Les fans du Touareg peuvent se rassurer. Ce modèle, véritable vaisseau amiral de la marque, a été légèrement revu avec un V8 TDI de 421 ch, de quoi ravir ceux qui ne se décidaient pas entre le V5 et le V10.

    Lexus quant à elle a présenté son modèle phare RC F restylé version 2019 dans une édition course, «Track Edition», il accompagne le LC cabriolet, dejà présenté au Salon de Detroit en janvier dernier.

    Une autre marque à avoir présenté des nouveautés est Mazda. Outre un modèle compact, la 3 qui a été quelque peu éclipsée par une autre nouveauté, un SUV compact répondant au nom de code CX-30 qui vient s’insérer en milieu de gamme entre le CX-3 et le CX-5.

    Ali ABJIOU

                                                                        

    Allemandes: La fin d’un règne?

    Pendant longtemps, le segment premium était un terrain réservé aux allemandes, avec une seconde place réservée pour certaines marques anglaises. Depuis, les choses ont changé, les Teutons n’ont plus l’exclusivité de ce segment où tout se joue à coups d’image et de luxe.

    Actuellement, le trio Volkswagen (avec Audi et Porsche), Daimler (avec Mercedes) et BMW représente près de 80% du marché premium mondial, soit quatre véhicules sur cinq. L’année dernière, Mercedes avait réussi à récupérer sa place de premier dans ce segment rentable où le prix n’est pas le premier critère de choix en dépassant les deux millions d’unités vendues. Mais la concurrence s’active.

    D’abord au nord, où Volvo n’hésite pas à tailler des croupières avec des modèles réussis dont le XC 40 et se permet avec le XC 60 d’empiéter sur les plates bandes de Range Rover et de son Evoque, un autre outsider de ce segment très concurrentiel. L’Hexagone ne manque pas d’attraits, outre la 508 restylée de Peugeot, Renault dispose d’arguments de taille avec la Talisman, une berline méditerranéenne avec une âme allemande alors que tout le monde attend à voir la remplaçante de la C5.

    Le marché compte aussi avec d’autres concurrents aux dents acérées comme Lexus, la marque haut de gamme de Toyota et Mazda qui ont montré disposer de sérieux arguments en la matière. L’un des derniers à avoir pris le train est Tesla qui a mis la barre haut avec sa «S» qui allie le meilleur des deux mondes, électricité et équipement.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc