×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Théâtre: Le festival international cible les plus jeunes

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5473 Le 14/03/2019 | Partager
    «A tes souhaits», «Vive la vie»… Une dizaine de pièces de renom dont deux spécialement destinées aux enfants
    Des débats interactifs avec les comédiens également prévus après chaque représentation
    theatre_des_jeunes_073.jpg

    Le festival international Théâtre et Cultures débarque dès le 22 mars dans la ville blanche. Une 14e édition qui vise cette année les plus jeunes. Deux pièces de renom à la fois comiques et pédagogiques leur seront ainsi consacrées, dont notamment «A tes souhaits» qui interroge avec magie et humour les différences entre le monde des enfants et celui des adultes (Ph. F.A.V.)

    Réconcilier les Casablancais, et particulièrement les plus jeunes, avec le théâtre. C’est dans cette optique que la Fondation des arts vivants organise, du 22 mars au 1er avril prochain, la 14e édition du festival international Théâtre et Cultures.

    Un rendez-vous haut en couleur qui proposera aux spectateurs une multitude de pièces traitant de sujets légers, mais également plus sérieux. De quoi divertir le public marocain et le faire réfléchir tout en contribuant à redonner à cet art ses lettres de noblesse.

    Au total, près d’une dizaine de pièces seront jouées de part et d’autre de la ville blanche. Du côté du Studio des arts vivants, la compagnie Interface ouvrira le bal avec«Vive la vie». Un opéra-ballet compilant à la fois émotion, danse et chant, qui met en scène en musique et avec panache les conflits intergénérationnels.

    Dans un tout autre registre, les spectateurs pourront découvrir «J’entrerai dans ton silence», adaptée et mise en scène par Serge Barbuscia. Un drame poignant sur l’autisme qui raconte le combat d’une mère déterminée à établir le dialogue avec son fils atteint par la maladie et à le réintégrer dans la société.

    Autre pièce particulièrement attendue et inspirée cette fois-ci d’un fait divers américain qui a pris des propensions inouïes, «Sur la route» sera jouée à l’Institut français de Casablanca. Un drame mis en scène par Anne Voutey et Karima Gherdaoui, qui retrace avec justesse la révoltante histoire de Sandra Bland, Afro-Américaine tuée aux Etats-Unis par un policier en 2015 pour un oubli de clignotant.

    Le public pourra également se délecter du spectacle musical «Les Divalala: Femme, Femme, Femme». Un show dans la grande tradition des music-halls français qui s’interroge sur le sens de la vie et le rapport entretenu avec le temps suite à une rupture amoureuse.

    Le festival comportera aussi des pièces bien de chez nous, parmi lesquelles «Sidi Abderrahmane El Mejdoub» de Tayeb Saddiki ou encore la comédie Khedmouni jouée par la troupe 19h Théâtre (à qui l’on doit le succès sans précédent Allah Islah).

    Les enfants n’ont pas non plus été oubliés. Les plus jeunes d’entre eux (dès l’âge de 7 ans) seront ainsi confrontés à leur peur de grandir dans le mélodrame «A tes souhaits» de Gustavo Araujo, qui sera joué au lycée Léon l’Africain. Un spectacle philosophique qui interroge avec magie et humour les différences entre le monde des enfants et celui des adultes.

    L’Institut français, quant à lui, accueillera la pièce pédagogique «Tout Molière ou presque» qui passera au crible les personnages les plus célèbres du dramaturge français tels que le Bourgeois Gentilhomme ou encore l’Avare. Objectif: faire découvrir ou redécouvrir le théâtre auprès des plus jeunes et leur donner envie de s’y rendre régulièrement.

    «Le théâtre a perdu au fil des années son image. Cet art doit absolument retrouver sa notoriété d’antan au sein de notre patrimoine, et cela doit passer par la nouvelle génération», souligne ainsi le président de la Fondation des arts vivants, Noureddine Ayouch.

    Le festival accordera également une grande place à l’interaction. Des débats marqués par la participation active des comédiens et des metteurs en scène seront organisés après chaque représentation. Un moyen de donner au public la parole et l’occasion de s’exprimer sur les thèmes abordés au cours des spectacles.

    Ressusciter un art qui a perdu sa notoriété

    Créée en 2004, la Fondation des arts vivants milite et s’active régulièrement pour donner un nouveau souffle au théâtre. Elle organise chaque année des évènements phares destinés à promouvoir cet art – dont notamment le festival «Allons au théâtre» - mais consacre également ses activités à la formation des professionnels du milieu. Le groupe co-produit aussi des œuvres théâtrales et donne l’opportunité à des jeunes issus de quartiers défavorisés de prendre part à des ateliers d’improvisation et de danse.

    Karim AGOUMI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc