×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tourisme: Très bon cru pour Essaouira

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5434 Le 18/01/2019 | Partager
    La ville des alizés a cartonné en 2018 et affiché des scores record
    Deux chantiers prioritaires pour 2019, l’aérien et l’animation
    tourisme-essaouira-034.jpg

    Derrière cette embellie touristique, le développement de l’aérien.  L’aéroport d’Essaouira Mogador est passé de deux vols hebdomadaires en 2016 à 24 voles en 2018

    Très bon score pour Essaouira pour l’année 2018. La ville des alizés a maintenu sa dynamique sur le plan touristique et a connu une hausse globale de 18% en termes d’arrivées, selon les estimations du Conseil provincial du tourisme d’Essaouira (CPTE).

    Des arrivées qui ont généré un important flux de nuitées pour les différents établissements touristiques de la ville. Par catégorie, ces hausses ont profité davantage aux 2 étoiles qui ont vu le nombre de leurs touristes augmenter de 26%, suivis des maisons d’hôtes, produit très plébiscité dans la ville des alizés, avec une hausse de 13%.

    Les 5 étoiles ont de leur côté enregistré un bond de 4% par rapport à la même période l’an précédent. Derrière cette hausse, la croissance enregistrée au niveau des différents marchés émetteurs de touristes (France, Royaume-Uni, Allemagne, USA, Italie, Suisse, Belgique, Scandinavie) et l’engouement de nouveaux marchés émergents pour Essaouira, notamment asiatiques. Comme tout succès d’une destination dépend d’un développement aérien, celui de la ville des alizés a fait un grand saut.

    Les chiffres parlent d’eux-mêmes: l’aéroport de la ville est passé de deux vols hebdomadaires à 24 vols hebdomadaires, permettant désormais de connecter la destination aux villes de Londres, Paris, Lyon, Charleroi et à Casablanca. Près de 100.000 passagers ont foulé le tarmac de l’aéroport international Essaouira-Mogador en 2018, avec une croissance de près de 13% par rapport à 2017.

    essaouira_tourisme_034.jpg

     

    D’ailleurs, le CPT d’Essaouira a fait du renforcement de la connectivité aérienne de la destination son cheval de bataille. Des discussions sont en cours pour l’ouverture de nouvelles dessertes directes reliant respectivement Madrid et Barcelone à la ville d’Essaouira.

    Autre marché dans la ligne de mire, Iles Canaries qui représente entre 15 et 20 millions de touristes par an, souligne Redwane Khanne, président du CPTE. Autre chantier prioritaire du conseil, l’animation.«Il faudra multiplier les événements culturels avec des programmations tout au long de l’année et ce, pour renforcer l’attractivité de la ville», explique Khanne.

    Le CPTE vient d’ailleurs de lancer le Mogador Street Music, un concept novateur destiné à organiser les prestations des troupes de musique de rue. L’idée est d’organiser les prestations des différentes troupes musicales aussi bien locales qu’étrangères à la ville qui investissent les espaces publics de l’ancienne médina d’Essaouira.

    «Grâce à ce concept, nous aurons également la possibilité de bénéficier d’une animation artistique continue tout au long de l’année et garantir, ainsi, des shows en plein air de qualité», espère le président du CPTE.

    De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc