×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Fondation des enseignants: Plus de 5 milliards de DH pour de nouvelles prestations

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5411 Le 13/12/2018 | Partager
    C’est le budget du plan d’action à l’horizon 2028
    300 millions de DH pour renforcer le préscolaire

    Fini les appels à la grève, fini les manifestations... depuis que la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation a pris sa vitesse de croisière, les enseignants ont réintégré leurs classes.

    Ils n’ont visiblement pas de revendications sociales qu’ils ne peuvent obtenir via cette institution. Ils doivent une fière chandelle à feu Abdelaziz Méziane Belfkih, qui a été l’initiateur et le premier président de cette Fondation, mise en place en 2002.

    Aujourd’hui, elle compte 402.925 adhérents et plus de 1 million en comptant les membres de la famille. Les adhérents actifs représentent 53% des fonctionnaires civils de l’Etat. Ses activités sont regroupées autour de 4 domaines: la santé, le logement, l’éducation et les loisirs. Son actuel président, Youssef El Bakkali, a présenté devant le Roi le plan d’action de la Fondation 2018-2028 en octobre dernier.

    Ce programme de travail apporte plusieurs nouveautés pour un budget décennal de 5,25 milliards de DH. Ainsi, dans le cadre du renforcement de la proximité et l’amélioration de la qualité des services, il prévoit de construire des centres de santé. En fait, il s’agit de la réalisation et de l’équipement de 3 grands centres hospitaliers et de 20 centres de soins du jour à travers le pays pour 2 milliards de DH.

    «Ils seront principalement dédiés à notre population mais ouverts à tous les adhérents de la CNOPS, de l’AMO et du Ramed. Nos adhérents qui vont dans les hôpitaux privés ou dans les cliniques privées sont confrontés à des problèmes de la surfacturation, du chèque de garantie et de la pratique du noir. Dans certaines zones où des enseignants sont affectés, l’offre sanitaire est absente. Ce programme, dont la finalité est de constituer un réseau avec une offre de santé pour notre population, commencera en 2019», soutient le président.

    De même, la Fondation prévoit de réaliser un ensemble de centres d’accueil pour des personnes âgées, idéalement un par région. Ces infrastructures devront absorber 500 millions de DH. Autre nouveauté, la Fondation met en place un forfait funéraire en cas de décès de l’adhérent, du conjoint ou l’un des enfants. Une enveloppe de 300 millions de DH est consacrée à cette rubrique. Le total de cette partie coûtera 2,8 milliards de DH. Pour leur part, les prestations existantes seront maintenues, voire améliorées avec un budget de 2,450 milliards de DH sur la période de 2018-2028.

    Au niveau du logement, la Fondation s’est fixée un objectif de 100.000 bénéficiaires, en plus des 120.000 ayant déjà accédé à la propriété. Pour y arriver, les engagements financiers sont estimés à 6,9 milliards de DH. Ce montant servira à financer les nouveautés arrêtées en vue d’élargir le cercle des bénéficiaires et d’intégrer des financements participatifs.

    Le mécanisme existant sera maintenu, avec une amélioration au niveau du montant garanti pouvant aller jusqu’à 1 million de DH contre 800.000 actuellement et le montant bonifié de 300.000 DH au lieu de 200.000 DH. La nouveauté réside dans la subvention des financements participatifs dont le plafond peut atteindre 1 million de DH, avec une durée de crédit maximale de 25 ans et un âge limite de remboursement de 70 ans.

    De même, à la demande des adhérents, elle relance le programme Nafida dont la première tranche avait connu beaucoup de succès auprès des enseignants. Il consiste en une subvention de 2.000 DH par adhérent pour l’achat d’un ordinateur portable ou d’une tablette. Le coût de cette prestation est estimé à 300 millions de DH.

    En matière d’éducation, la Fondation se renforce dans le préscolaire en mettant en place un Fonds dédié. Elle consacre 300 millions de DH afin d’augmenter le nombre des écoles pour atteindre 82, à raison d’une école par province. Pour cette institution, la création d’un Fonds préscolaire, dont les produits financiers serviront à subventionner en partie des frais de scolarité des enfants des adhérents inscrits dans ce cycle (200 DH par enfant et par mois), s’inscrit dans le cadre de la stratégie de la relance de ce système. 

    Outre les activités culturelles, le plan d’action compte poursuivre les programmes en matière de loisirs et de tourisme. Ainsi, un budget de 1,75 milliard de DH est destiné à financer plusieurs projets. La construction et l’équipement de 6 nouveaux centres de vacances, avec une capacité de 3.000 lits, pour 1,2 milliard de DH. La Fondation prévoit également de réaliser 50 clubs sportifs, en donnant la priorité aux villes qui n’en disposent pas. En outre, depuis janvier dernier, la Fondation a lancé le Zéphir, un grand complexe à Marrakech (hôtel et 124 chambres, avec 4 piscines).

    «Il est ouvert à tout le monde mais les enseignants ont une tarification spéciale», rappelle Youssef El Bakkali. Par ailleurs, il continue de subventionner le transport par train, d’améliorer l’aide au pèlerinage. L’autre nouveauté introduite a trait au crédit à la consommation. En fait, il s’agit du «crédit social» pour répondre aux demandes des adhérents qui ont besoin de petits montants pour des besoins urgents. Ce crédit, plafonné à 30.000 DH, remboursable sur 5 ans, sera sans intérêt. Elle table sur 30.000 bénéficiaires par an.

    Fonds Istihqaq

    La Fondation a décidé de renforcer le Fonds Istihqaq en l’alimentant de 900 millions de DH pour atteindre 1,5 milliard de DH. Le but est d’augmenter le nombre de bénéficiaires des bourses d’excellence. Pour en profiter, les enfants des enseignants doivent obtenir une mention très bien. Actuellement, 500 bourses sont accordées par an. Le but est d’arriver à 2.000. La bourse est dotée de 1.000 DH par mois, pendant trois ans.

    M.C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc