Société

Essaouira fête la 15e édition de son festival des Andalousies

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5367 Le 09/10/2018 | Partager
Au programme, 12 concerts et une centaine de musiciens et de chanteurs
Ils revisitent les répertoires les plus emblématiques du répertoire judéo-arabe
essaouira_festival_des_andalousies_067.jpg

Un des grands moments de ce festival, une scène qui va réunir sur la même scène Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia, deux icônes de la chanson marocaine qui n’ont jamais chanté ensemble

Une 15e édition pas comme les autres. Celle du festival des Andalousies Atlantiques prévue du 26 au 28 octobre prochain à Essaouira qui promet d’être riche en émotions. Ici, la musique va rimer avec l’envie et la joie du «vivre ensemble» à travers 12 concerts. Ce sont d’ailleurs les deux fils rouges de ce rendez-vous, et les grands principes de la cité des Alizés.

Et comme le rappelle, André Azoulay, Conseiller du roi et président fondateur de l’association Essaouira Mogador, les artistes savent mieux que les politiques comment rapprocher les peuples et les cultures car ils ont la capacité de fédérer les populations autour d’une même passion pour la chanson, la musique ou la danse.

Cette année, l’Association Essaouira-Mogador a concocté un programme spécial pour fêter le 15e anniversaire pour aller encore plus loin dans la créativité et l’émotion. Il n’y a qu’à voir la programmation, toute particulière en ouverture avec Anass El Attar, un des plus grands maîtres de la musique andalouse, son Rbab de deux cents ans, hérité de Maître Labrihi, et son légendaire orchestre «l’Orchestre Mohamed El Brihi» qui ouvrira le bal du festival.

Un concert géant avec plusieurs artistes de renom, tels que le mounchid Ahmed Marbouh, les paytanims Hay Korkos et Benjamin Bouzaglo ainsi que la diva du Melhoun Sanaa Marahati. L’ensemble sera accompagné par la chorale des Mélomanes de la musique Andalouse, sous la direction d’Ahmed Marbouh.

Pendant ce long week-end, les concerts vont s’enchaîner passant des morceaux les plus emblématiques du chaâbi, du chgouri et du melhoun au flamenco. De quoi apprécier la très riche diversité du répertoire populaire marocain, et celle qui résonne bien au-delà des frontières. 

Un des grands moments de ce festival, une scène qui va réunir sur la même scène Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia, deux icônes de la chanson marocaine qui n’ont jamais chanté ensemble. Il fallait Essaouira  pour oser ce rendez-vous. Autre temps fort et emblématique de la profondeur de ce patrimoine, les groupes Hapyout et Andalucious qui réunissent une trentaine de chanteurs et de musiciens juifs seront eux aussi présents sur la même scène.

Hapyout avec des poèmes chantés du judaïsme mythique du Tafilalet, dans la lignée des œuvres du Grand Rabbin Yaacov Abihssera. En écho à ces troubadours filalis, Andalucious  avec à sa tête le jeune violoniste étoile Elad Lévi qui proposera un concert kaléidoscopique.

Les mélomanes retrouveront aussi le rendez-vous «Au-delà de Minuit» avec cette année une quarantaine de maîtres du Madih et du Samaa qui se réuniront à Dar Souiri pour rendre hommage à Abdelmajid Souiri décédé en avril dernier.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc