Habillage_leco
Entreprises

Un think-tank pour la communauté Web 2.0

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5045 Le 14/06/2017 | Partager

Le Maroc revendique un engouement au digital supérieur à la moyenne mondiale, avec un taux de pénétration d’Internet de 58% et une adhésion au web social dépassant les 42% (rapport We are social publié en janvier 2017). Que fait-on de cette connectivité de plus en plus accrue? Quels sont les leviers et les conditions de base pour en faire un vecteur de développement durable? Quels leviers pour optimiser l’usage et augmenter les bénéfices du digital?

«Ces questions et bien d’autres méritent suffisamment de recul pour comprendre, apprendre et agir dans la disruption», expliquent les membres du think-tank Digital Act, fruit du partenariat entre Maroc Telecom et Social Impulse. Le think-tank a pour mission d’observer les tendances digitales à l’échelle nationale et internationale. L’organisation compte produire des rapports et études périodiques destinés aux professionnels et publics intéressés par l’évolution des TIC et leur impact croissant sur l’entreprise et la société de manière générale.

Objectif: réunir les plus importantes compétences de la communauté web 2.0 au Maroc, stimuler les synergies, partager les retours d’expériences issus de la sphère digitale et des médias sociaux et créer des liens entre les différents courants de pensées. Un livre blanc d’une trentaine de pages a été rédigé avec la contribution de Raja Bensaoud, Amine Amara, Driss Lebbat, Hicham Lamrani, Mouhsine Lakhdissi, Yasser Monkachi... «L’idée d’un Digital Act s’est imposée comme livrable, pour donner du sens, éclaircir les concepts émergents, faire converger les visions, structurer les échanges pour arriver à des recommandations», expliquent les responsables du think-tank.

Le livrable formule 7 recommandations. Parmi elles, figure l’élection du digital comme haute priorité par le secteur public, à commencer par le ministère de tutelle. Les entreprises leaders, associations et confédérations professionnelles sont appelées à s’engager aux côtés des PME innovantes et startups. Aux opérateurs télécoms, il est recommandé d’injecter de nouvelles interfaces de relation client afin d’offrir des expériences clients plus concluantes.

Le secteur bancaire est invité à prendre plus de risques dans le financement d’entreprises technologiques, voire ouvrir des lignes de crédit spécifiques. La société civile est appelée à une mise à contribution à travers des campagnes de sensibilisation, formations et programmes de proximité afin d’aider le grand public à comprendre les enjeux, avantages et revers.

La connexion du système éducatif  fait aussi partie des recommandations du livre blanc, afin d’impulser l’apprentissage des nouvelles technologies à tous les niveaux (du préscolaire aux études doctorales). Les jeunes entrepreneurs, TPE, startuppers sont appelés à faire preuve de plus de curiosité et de réactivité. Pour sa part, l’Etat devrait favoriser l’émergence de talents dans le digital à travers des programmes autorégulés. Un trophée a, par ailleurs, été lancé: les «Digital Awards», afin de promouvoir les talents et récompenser les réussites à travers les critères d’innovation, créativité et entrepreneuriat.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc