×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Unimer: Le boum

    Par L'Economiste| Edition N°:982 Le 23/03/2001 | Partager

    La souscription Unimer a dépassé toutes les espérances de l'entreprise et de son réseau de placement. Elle a aussi dépassé les rêves les plus fous des tenants de la reprise de la bourse: les épargnants, petits et grands, et les institutionnels sont toujours aussi assoiffés de titres et ont l'argent et surtout la confiance pour acheter massivement. C'est le premier message politique de cette opération.Il y en a un deuxième: si l'esprit de dénigrement n'a pas manqué de frapper encore une fois, le succès des souscriptions montre que les épargnants s'en moquent bien. Ils ont «regardé midi à leur porte», comme dit l'adage. Ils n'ont pas accordé crédit aux bêtises (il n'y a pas d'autre mot qui convienne) écrites çà et là pour faire capoter l'opération.Et il y a un troisième message, peut-être plus important que les deux autres encore. En effet, le réseau de placement était réduit en nombre d'opérateurs (CFG, la Société Générale et la BMCE). Cela paraissait peu face au test que représentait forcément l'opération après deux ans de morosité. Les observateurs retenaient donc leur souffle en se demandant si ce réseau allait suffire pour mobiliser les épargnants. Il a plus que suffi. Mieux, le vendredi soir, une heure avant la clôture, il y avait encore la queue chez Dar Tawfir, la nouvelle maison de l'épargne qui venait pourtant juste d'ouvrir. En ouvrant cette maison, CFG, qui a l'image d'un financier pour les élites, avait fait le pari de s'adresser directement aux particuliers, habitués à aller vers leur banque. Dar Tawfir montre que les épargnants, petits et moyens, savent parfaitement se servir des compétences qui paraissaient réservées à plus riches qu'eux. Encore fallait-il les leur proposer.Dar Tawfir porte quelque chose de très fort pour l'avenir du Maroc: la montée en puissance des couches moyennes, qui servent de base à la croissance économique, au progrès social et aussi à... la démocratie.Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc