×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Trancher

Par L'Economiste| Edition N°:1847 Le 06/09/2004 | Partager

LA rupture d'approvisionnement du butane plane sur certaines régions. Ce scénario catastrophe vient dans un contexte particulier: Ramadan, mois de consommation par excellence, dans cinq semaines, la période du froid à nos portes… de quoi inquiéter des milliers de familles. Certaines compagnies de distribution sont au bord de l'asphyxie et ne pourront pas passer les commandes. La Caisse de compensation n'a plus d'argent pour honorer ses engagements. Ses arriérés ont totalisé 1,1 milliard de DH. Il reste le ministère des Finances pour prendre en charge les rallonges nécessaires. Ce scénario a déjà eu lieu l'année dernière et risque de se reproduire à l'infini si rien n'est fait. Ces situations répétitives doivent pousser le gouvernement à sortir définitivement de ce casse-tête. L'augmentation des prix n'est pas à l'ordre du jour, compte tenu du caractère social de ce produit. Continuer à subventionner le butane à tour de bras sans être certain de l'efficacité du système à toucher les populations cibles. Le budget ne peut supporter continuellement cette dépense. D'autant que le secteur est plombé. Le Maroc a avancé à pas de géant dans la modernisation de plusieurs pans de son économie. Les supermarchés, les franchises, les multiples enseignes tranchent avec l'état dans lequel se trouve le butane. Le Marocain continue de courir d'une épicerie à l'autre pour trouver une bouteille de gaz. Les pouvoirs publics doivent se pencher sérieusement sur la question et cesser de colmater les brèches en trouvant des solutions provisoires dans des réunions dites de crise. Aujourd'hui, le système de compensation a fait son temps. Il est urgent de le revoir et engager une libéralisation graduelle du secteur. C'est le prix à payer pour éviter qu'une bombonne de gaz ne lui explose entre les mains.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc