×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Télécoms

    Par L'Economiste| Edition N°:1666 Le 19/12/2003 | Partager

    De quoi l’avenir des télécoms demain sera-t-il fait?Au cours de ces derniers mois, le débat sur la santé d’un secteur hautement stratégique est revenu avec récurrence. Le retard accusé par la deuxième licence du fixe est interprété par certains comme étant un ralentissement du processus de réforme des télécoms. Aujourd’hui, les pouvoirs publics annoncent une relance de la machine, du moins sur le plan réglementaire. Mine de rien, certaines dispositions retenues hier en Conseil de Gouvernement constituent une véritable révolution. La redéfinition du service universel va dans le sens d’une démocratisation de l’accès téléphonique. Mais ce n’est pas tout. La possibilité d’utiliser des réseaux alternatifs, comme ceux de l’ONE par exemple, semble annoncer les futures convergences au sein du secteur. L’on sait pertinemment que sur le plan technologique rien n’empêche actuellement que l’on se connecte à Internet via sa prise électrique!Maintenant, faut-il se focaliser sur la question de la libéralisation et de l’opérateur historique pour asseoir le développement du secteur? Oui et non. Oui, c’est un fait: les télécoms ont progressé en taille au Maroc, grâce à ses deux principaux opérateurs. Non, car même aux Etats-Unis, qui constituent pourtant un des marchés les plus libéraux, les opérateurs historiques locaux ont conservé une domination sur certains services. En tout cas, il n’y a pas de consensus sur les formules d’ouverture du marché. A l’avenir, tout le défi est de répliquer le succès constaté de la téléphonie mobile sur le fixe, en attendant de trouver de véritables business models pour l’Internet mobile. Les opportunités sont nombreuses dans le domaine du haut débit et des technologies sans fil notamment. Le véritable enjeu pour les pouvoirs publics est de poursuivre les efforts là où les gisements de croissance sont importants.Mohamed BENABID

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc