×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Sélectionner

    Par L'Economiste| Edition N°:4424 Le 19/12/2014 | Partager

    Pour la dixième année consécutive, de jeunes chercheurs recevront un des Prix de L’Economiste. Cette année, dans la catégorie la plus haute, les doctorats, la compétition a été forte: des travaux de qualité ont rendu la sélection difficile.

    Dans les  niveaux Master et Licences, le jury a rencontré quelques mémoires que les enseignants n’auraient pas dû laisser passer. Ces mémoires auraient dû être refaits. On y observe des négligences, un certain glissement vers le trop facile. Certes ces phénomènes  ne sont pas majoritaires, mais c’est bien pour cela qu’il sera facile à l’enseignant de redresser la barre, un redressement qui n’appartient qu’à lui, pour exiger plus et mieux de ses étudiants, de tous ses étudiants.
    Mais ne boudons pas le plaisir de récompenser les meilleurs travaux.
    D’abord pour les travaux eux-mêmes. Ensuite pour ceux qui les ont réalisés. Depuis une décennie que ces prix existent, une bonne partie des gagnants, sur leur carte de visite, inscrivent cette distinction qui les différencie des autres et soulignent leurs efforts réussis de recherche.
    Cela est expliqué partout: ces prix ont été institués clairement et ouvertement pour soutenir la recherche universitaire, pour récompenser un progrès réalisé dans l’observation et la réflexion sur l’économie et ses domaines connexes.
    Mais ce n’est pas tout.
    Sélectionner et récompenser les meilleurs n’est pas un travail anodin. Il s’inscrit à l’exact opposé de cette vision politique et philosophique qui nie les différences d’efforts et, ipso facto, les différences de résultats. Nul n’ignore que ces discours appartiennent au monde de la démagogie, mais il n’empêche qu’ils ont des effets ravageurs dans une société qui doit tout faire pour se développer, dans tous les domaines possibles.
    Pour cette raison, qui relève d’un défi national, il faut encourager les compétitions pour connaître les meilleurs et les donner en exemple à tous.
    Nadia SALAH

    Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc