×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Patrons

Par L'Economiste| Edition N°:2374 Le 03/10/2006 | Partager

Le renouvellement des instances de la CGEM a montré de réelles capacités de mobilisation chez la classe patronale. Tant mieux, le Maroc a besoin plus que jamais d’un monde des affaires qui croit en lui. Les premiers échos sont favorables. Habilement, le nouveau patron des patrons semble avoir donné des gages sur la future gouvernance. Avec l’ancien bureau, cette question a montré à une période qu’elle pouvait conduire à des problèmes de compréhension. De ce point de vue, la crise aura été salutaire. La page est tournéeLe casting relevé choisi pour le renouvellement des instances est indéniablement un atout de taille. D’abord pour la symbolique, la confédération patronale doit vendre du rêve. Des envies de réussir. Il est important que ceux qui ont réussi apparaissent dans la vitrine. Ils sont plus crédibles lorsqu’ils négocient. Lorsqu’on dispose des contribuables aussi importants que l’ONA, Holmarcom ou la Banque Populaire et que l’on négocie un dossier comme la fiscalité, il faut en convenir, l’argument passe mieux auprès des pouvoirs publics. Ensuite ils ont plus de poids pour lobbyer auprès des pouvoirs exécutifs et législatifs. Mais il n’y a pas que cela. Pour faire des affaires, deux options se présentent aux entreprises, bien réseauter ou alors choisir un bon relais pour porter le message. La communauté des affaires est un village. Et l’accès à un groupement comme celui-là donne forcément accès à un club plus large. Mais le plus difficile sera de combattre les stéréotypes. Notamment celui qui consisterait à faire croire que la confédération serait devenue un club très select où le ticket d’entrée serait exclusivement adossé au critère taille. La nomination de l’ex-patron des PME-PMI en tant que vice-président de la CGEM n’est pas étrangère à cette démarche. Une manière de dire que la confédération est là pour défendre l’intérêt des grands et petits.Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc