×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Manquements

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5494 Le 12/04/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Montrer ses muscles et ses neurones dans tout ce qui est fait de bon et de bien au Maroc: difficile de résister à ce plaisir, qui énerve nos voisins de l’Est.  Les Marocains  s’auto-flagellent assez souvent pour s’autoriser de temps en temps ce manquement au savoir-vivre.

    Néanmoins, ce manquement devient une faute quand il se produit sur le Continent.

    Certes nos voisins du Sud ne s’énervent pas des succès du Royaume. Au contraire. Les plus aisés confient souvent leurs enfants à l’enseignement supérieur marocain, escomptant explicitement qu’ils rapporteront une instruction mais  aussi de l’organisation, de la gouvernance, du savoir-faire (Eh oui!)…

    A condition qu’ils n’aient pas à subir les conséquences d’un racisme toujours présent, qu’ils rencontrent jusque dans les services publics. 

    A condition que les coopérations restent très exactement ce qu’elles doivent être, du travail en commun pour le bien commun.

    Diplomates, hauts responsables, jusqu’au Roi lui-même montrent et répètent autant qu’il est possible ce que veut dire «travail commun pour le bien commun».

    Repliés sur eux-mêmes depuis la fin des caravanes, les Marocains ont un souvenir attendri de leur Dada et si les Souiris ne s’en étaient pas occupés, bien peu sauraient qui sont les Gnaoua.

    Au cœur de l’Afrique les souvenirs collectifs sont les mêmes mais totalement opposés: les ancêtres de Dada comme ceux des Gnaoua avaient été razziés et déportés. Rien n’est oublié, en bien des points l’âme fait encore mal.

    Sans précaution, sans savoir-faire et savoir-être, tout projet peut en un  clin d’œil virer à l’aigre à cause de cette histoire commune si différente. La chance  sera des deux côtés si on arrive à stopper la dégringolade.

    Au temps de sa splendeur, la diplomatie algérienne savait projeter l’idéologie anti-impérialiste. Le Maroc a une foi musulmane fédératrice, les Marocains savent-ils en parler avec les mots nouveaux que les temps exigent?

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc