×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Le jeu

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5589 Le 10/09/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Quand on négocie avec soi-même, c’est facile d’obtenir ce qu’on veut.

    Tout le monde a compris que le «dialogue social» est ce genre d’affaire. Au point que l’Intérieur y a mis la main. D’un côté pour arrondir les angles. De l’autre pour ne pas laisser le PJD s’approprier seul la victoire. Et enfin, en lui barbotant le bénéfice de la hausse des allocations.

    En tout cas, ce dossier montre que les syndicats sont des chefs quand il s’agit des salaires de la fonction publique: 53% des recettes de l’Etat, 38% du budget général… Tout cela pour 380.000 employés (sans compter les militaires, les entreprises publiques…).

    Institutionnellement les syndicats pèsent double. D’abord à la Chambre des conseillers (20 syndicalistes pour 120 sièges – A titre de comparaison, la CGEM n’en a que 8). Plus une forte présence au CESE, 24 sur 105 membres. On a vu l’efficacité des menaces pour maintenir, dans la Constitution, leur double représentation.

    Donc moins il y a de syndiqués, plus il faut cibler finement le client. Inutile d’être nombreux.

    Il n’empêche que le résultat coûte beaucoup, beaucoup d’argent. 12% du PIB sert à payer les fonctionnaires. Qui sont globalement meilleurs qu’on veut bien le leur dire. Ils ont tenu la maison pour le changement de règne, pendant le mouvement du 20 Février 2011, les troubles régionaux, la modernisation du pays… Et ils se laissent engueuler sans broncher.

    Néanmoins, il nous faut un Etat nouveau, et ça ce n’est pas gagné.

    Le Maroc a déjà connu ce genre de situation, ce qui a entraîné la faillite puis le Programme d’Ajustement de 1983-93. Lentement mais sûrement, la fonction publique avait gagné des parts du revenu national au point d’être «la» couche moyenne, excluant d’autres formes de revenus.

    On est en train de reconstruire ce modèle, mais avec une proportion de bénéficiaires plus petite qu’à l’époque, et ce sur une plus grande échelle financière.

    Ce n’est pas du tout le but du jeu.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc