×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Archives prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

L'Edito

Institutions

Par L'Economiste| Edition N°:1515 Le 09/05/2003 | Partager

La naissance du petit Prince Moulay Al Hassan est un heureux événement pour la famille royale d'abord et également pour tous les Marocains.En effet, des événements majeurs concernant la famille royale se sont succédé en moins de quatre ans: accession au Trône de SM Mohammed VI, mariage royal et naissance du Prince Moulay Al Hassan. Ces événements montrent le lien particulier qui unit les Marocains à leur famille royale. Cela révèle qu'en définitive la monarchie est certes une institution politique avant tout, mais qu'elle est également une institution morale et affective. Il ne s'agit pas là d'un abus de langage car ce sont les caractéristiques qui fabriquent les institutions sociologiques, c'est-à-dire celles qui s'enracinent profondément dans la société. Elles existent par-delà le Droit et servent à le fonder et à le légitimer. Dans toutes les sociétés civilisées et structurées, l'union profonde se fait autour d'un nombre réduit de symboles. C'est à partir de ces symboles, année après année, action après action, que l'on construit la structure institutionnelle d'une société.Au Maroc, il est clair que l'Institution royale est l'un de ces symboles forts, fondant la société marocaine. L'existence de ces points d'ancrage ne constitue pas forcément un facteur de conservatisme. Au contraire, elle peut permettre d'aller vers le renouveau, sachant que l'existence même des points d'ancrage est la garantie de la sécurité sociétale. La Constitution marocaine se fonde justement sur cette perception de l'organisation sociale. Elle y trouve son inspiration pour une part, et cherche à moderniser la société pour l'autre part. Le Prince Moulay Al Hassan a déjà sa place dans les institutions constitutionnelles et de ce fait, son arrivée au monde constitue un élément de consolidation de ces institutions. Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc