Couverture santé universelle: L'ANAM dresse le bilan

Par L'Economiste| Le 12/12/2021 - 19:52 | Partager
Couverture santé universelle: L

L'Agence nationale de l'assurance maladie (ANAM) a appelé, dimanche, à investir davantage dans la santé et à lui allouer les ressources de manière efficace et équitable en fonction des besoins. Cet appel, lancé à l'occasion de la Journée internationale de la Couverture-Santé Universelle (CSU) sous le thème «ne laisser personne de côté : investir dans les systèmes de santé pour tous », s'inscrit dans la conjoncture actuelle marquée par le lancement par le Roi Mohammed VI du chantier de généralisation de la protection sociale au profit de tous les Marocains durant les cinq prochaines années. Il s'agit, en effet, de la généralisation de l’assurance maladie obligatoire (AMO) de base à l’horizon de 2022, sur fonds de refonte profonde du système de santé national, telle que entérinée dans les conclusions du « Nouveau modèle de développement » du Maroc et inscrit parmi les priorités du programme gouvernemental 2021-2026, indique un communiqué de l'agence. 

Concernant le bilan de la CSU, le nombre de médicaments remboursables au titre de l’AMO est passé de 1.000 en 2006 à 4.850 médicaments en 2020, dont 3015 médicaments génériques (soit 65%), souligne l'Agence. Quant au nombre de réclamations traitées par l’ANAM, dans le cadre de sa mission d’arbitrage des litiges entre les différents intervenants du système, il est passé de 328 réclamations reçues en 2011 à 10.255 requêtes cette année. "Ces importants progrès ont été réalisés et plusieurs étapes ont été franchies dans la mise en œuvre progressive de la couverture médicale, ajoute l'ANAM, notant toutefois que le système connait toujours quelques contraintes liées notamment à la multiplicité des régimes, les écarts entre les paramètres de ces derniers ou encore le poids des dépenses restant à la charge de l’assuré (31.5% pour la CNOPS et 37.6% pour la CNSS). A noter que l’ANAM a mis à jour par anticipation sa stratégie 2020-2024, tout en participant à l’élaboration de la stratégie sectorielle de protection sociale, afin d'accompagner les réformes portant notamment sur le domaine de la généralisatIon de l'AMO.