×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Factures

Par L'Economiste| Edition N°:1153 Le 28/11/2001 | Partager

Le montant à débourser pour les retraites des employés de l'ONCF est colossal puisqu'on arrive maintenant à un total de 6 milliards de DH. La facture a grossi de près de 2 milliards de DH par rapport aux premières évaluations. Naturellement, les contribuables doivent prendre ces sommes à leur charge: il faudra rembourser le prêt de la Banque Mondiale.Les contribuables devront ainsi acquitter deux très vieilles factures. La première des factures consistait à créer artificiellement des emplois. C'est avec la plus grande satisfaction que dans les années 70 et même durant encore les années 80, les communiqués officiels annonçaient des créations d'emplois en s'abstenant de préciser qu'il n'y avait pas de travail correspondant. Bien sûr, dans ces créations d'emplois se cachaient le népotisme et le clientélisme: tant qu'à faire autant que ce soit les amis qui profitent des salaires sans avoir à travailler. La politique et l'opacité totale du secteur public masquaient cela dans une ombre propice.La deuxième facture est tout aussi ancienne. Payer des salaires sans avoir en contrepartie un travail créateur de valeur ajoutée coûte déjà fort cher à l'entreprise. Donc, elle s'est abstenue de provisionner les cotisations de retraites correspondantes. Elle pouvait discrètement procéder de cette manière puisqu'elle était son propre assureur. C'était punissable du point de vue comptable et légal. Les administrateurs, tous des ministres ou hauts fonctionnaires, auraient dû s'en inquiéter. Mais qui serait aller créer des problèmes à une entreprise publique si accommodante pour recruter? Cette attitude a abouti à dévoyer une partie de l'Etat, à l'utiliser à des fins qui ne sont autres que des fins personnelles. La facture de ces procédés est là: 6 milliards de DH, presque le prix du Barrage El Massira! Si, au moins, dans ce faramineux montant, il y avait le prix de leçon de gestion…Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc