×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Ecologie

Par L'Economiste| Edition N°:3103 Le 08/09/2009 | Partager

Voilà revenu le temps des batailles budgétaires. Comme toujours le gouvernement est pris entre deux feux, le court terme et le long terme, avec une chance qu’il n’avait pas l’année dernière: sur le calendrier, il n’y a pas d’échéances électorales (si tant est qu’elles doivent focaliser l’attention, vu les faibles taux de participation). Le Maroc peut donc, si son équipe dirigeante le veut bien, reprendre un peu de longueur de vue.Parmi les options sur des termes moyen et long, l’écologie ou le développement durable. Il existe un programme, bien pensé sur le papier, mais que son promoteur, le ministère de l’Energie et des Mines, ne défend pas avec assez de force. Or le développement durable, c’est bien sûr des lois, des infrastructures… autant de choses lourdes, que nos procédures de décision, poussives autant que versatiles, rendent improbable sur le court terme.Mais le développement durable c’est aussi une disposition d’esprit à installer dans l’ensemble de la population, ou, s’il l’on est plus réaliste, dans une partie de la population, laquelle finira par entraîner l’autre.Que vient faire la loi de Finances dans ce genre de stratégie? Tout simplement, la loi de Finances est le plus important des véhicules par lequel le gouvernement communique avec la population et inversement. Par le budget, par ses débats, ses polémiques et ses mesures, un très grand nombre d’options politiques deviennent des réalités sur le terrain.Prenons quelques exemples. Certes ce ne sont pas les exonérations fiscales qui feront réussir les panneaux solaires, mais en en parlant partout, c’est une sacrée publicité que l’on fait en faveur de l’énergie solaire et plus généralement en faveur du développement durable.En fait, ce n’est pas l’exonération des produits et services «verts» qui compte. Le vrai objectif c’est la construction d’un contexte politique favorable à l’écologie.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc