×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Un réseau de voleurs de cuivre démantelé

Par L'Economiste | Edition N°:2360 Le 13/09/2006 | Partager

. Il est composé de 17 personnes. Un trafic en hausse . Les localités rurales sont les plus touchées Les voleurs savent s’adapter à la conjoncture. Ils ne se contentent plus de petits cambriolages ou de vol à la tire. Ils s’en prennent aux biens publics. Ces derniers mois, à l’échelle nationale, plusieurs vols de câbles ont été signalés. Ces derniers sont prisés pour le cuivre qu’ils contiennent. Cuivre dont la valeur marchande a quasiment doublé avec la hausse du prix des matières premières. Les sinistres individus opèrent surtout en milieu rural. Une bande bien organisée vient d’être démantelée dans la région de Fès. Celle-ci pillait notamment les installations électriques des quartiers Doukkarate, Sidi Brahim, Bab El Hamra, Batha et l’ancienne médina. Et ils n’hésitaient pas à s’aventurer dans d’autres régions. Après plusieurs mois de planque dans différents secteurs de la capitale spirituelle, les éléments du Service régional de la police judiciaire (SRPJ) ont pris 17 malfaiteurs en flagrant délit. Les mis en cause, parmi lesquels au moins 6 mineurs, opéraient même dans les quartiers chic (route d’Imouzzer et avenue Moulay-El-Kamel). «Leur mode opérationnel est simple. Ils provoquent une panne d’électricité au niveau des circuits basse tension. Et lors de l’interruption, ils coupent les câbles en cuivre et repartent avec», explique un responsable du service d’électricité à la Radeef. Et d’ajouter que des quartiers ont subi une avarie au lendemain du passage de l’équipe de réparation et que la majorité des pannes signalées récemment au niveau des zones industrielles de Sidi Brahim et Dokkarat découlent de ce genre de pratique. Pour l’heure, les pertes en câble de cuivre n’ont toujours pas fait l’objet d’une estimation matérielle. Toutefois, les responsables du service d’électricité affirment que les actes de vandalisme continuent mais dans une moindre proportion. Ceci grâce au travail de fins limiers. Ces derniers indiquent, par ailleurs, que les personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire vendaient leur butin à 50 dirhams le kg. Autre surprise: «un individu a affirmé avoir volé, à lui seul, près de 2 km de câbles en une seule nuit». Les câbles téléphoniques ne sont pas été épargnés non plus. «Parmi les 17 individus mis hors d’état de nuire, on en tient 6 qui sévissaient dans le cadre d’un seul réseau. Ils ont réussi à extraire quelque 100 mètres de conduite en cuivre». Ils ont tous été déférés devant le Parquet pour vols et constitution d’association de malfaiteurs. Mais la traque des pilleurs de cuivre est difficile: «on ne peut pas mobiliser un policier devant chaque candélabre pour éviter les vols de câbles. Aussi les citoyens doivent-ils participer activement à cette lutte en nous informant au moindre détail suspect », conclut Zine El-Abidine Khalil, chef du SRPJ. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc