×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:2360 Le 13/09/2006 | Partager

. Grève des cuisses serréesLes petites amies et épouses de centaines de jeunes délinquants et tueurs à gage colombiens ont décidé, à l’initiative de la mairie de Pereira, d’entamer «une grève des cuisses serrées» afin de contraindre leurs partenaires à moins de violence. «C’est notre manière d’expliquer à nos époux que nous ne voulons pas être des veuves et que nos enfants méritent d’être éduqués par un père», a déclaré Ruth Macias, une mère de deux enfants, âgée de 18 ans. «Je suis sûre qu’avec de tels arguments ils nous entendront», a-t-elle ajouté. La jeune femme a participé lundi 11 septembre à une réunion de la municipalité de Pereira au cours de laquelle une centaine d’épouses et d’amies de délinquants se sont engagées à faire la grève du sexe si ces derniers ne renoncent pas à la violence.  . Les voleurs de journaux gratuits punisLes voleurs de journaux gratuits seront passibles de poursuites en Californie, aux termes d’une nouvelle loi signée par Arnold Schwarzenegger, a-t-on appris lundi 11 septembre auprès des services du gouverneur républicain. «Le gouverneur a signé une proposition de loi qui pénalise le vol de plus de 25 exemplaires d’un journal gratuit», a précisé le bureau de Schwarzenegger dans un communiqué, soulignant que cette législation visait à protéger la liberté d’expression et d’information. «La liberté de la presse est l’une des libertés les plus précieuses dont jouissent les Américains. Nous devons faire en sorte que personne ne puisse priver les autres de leurs droits du premier amendement» de la Constitution américaine, a plaidé le gouverneur. Signée dimanche, la loi, qui prévoit jusqu’à 500 dollars d’amende et/ou 10 jours de prison pour les récidivistes, entrera en vigueur le 1er janvier 2007. . De la prison pour avoir tué un chien Un homme de 28 ans a été condamné lundi 11 septembre à un an de prison ferme et cinq de mise à l’épreuve pour avoir jeté le chihuahua de sa petite amie par la fenêtre, chute à laquelle l’animal n’a pas survécu, a-t-on appris de source judiciaire. Emidio Jesus Medina avait plaidé coupable en janvier de cruauté envers l’animal. Le 30 août 2005, lors d’une dispute avec sa petite amie à Compton, une ville défavorisée au sud de Los Angeles, il avait dans un accès de rage jeté le petit chien dans la rue, au moment où passait une voiture. L’animal avait été écrasé devant sa propriétaire et ses deux petites filles, ce qui a valu à Medina une inculpation supplémentaire pour violences sur des enfants. Medina a déjà purgé sa peine, étant incarcéré depuis les faits. Outre cinq ans de mise à l’épreuve, il devra suivre un programme de désintoxication et un stage où on lui apprendra à maîtriser ses nerfs. . Excédé, le chauffeur abandonne les passagers sur la route Le chauffeur d’un car transportant des supporteurs de l’Olympique de Marseille, qui fêtaient bruyamment la victoire de leur équipe dimanche 10 septembre contre le PSG, a fini par les abandonner en gare de Villefranche-sur-Saône. Partis de la capitale lundi, les fans de l’OM, au nombre d’une cinquantaine, ont connu un premier contretemps, un accident sans gravité les a contraints à s’arrêter. Après plusieurs heures d’attente, un autre car affrété par leur club les a pris en charge avec un nouveau chauffeur, mais pour quelques kilomètres seulement. Manifestant toujours bruyamment leur joie, les passagers ont rapidement exaspéré le conducteur. Jugeant ne plus être en mesure de se concentrer sur sa conduite, celui-ci a alors pris la décision de les déposer en gare de Villefranche-sur-Saône. . A 54 ans, il reprend le basket professionnel L’Italien Pierluigi Marzorati, qui s’était déjà illustré par une carrière longue de 22 ans au poste de meneur de jeu, s’apprête à reprendre temporairement du service, à 54 ans, dans son club de toujours, Cantù, qui évolue en première division italienne de basket. «Le 8 octobre prochain, pour la première journée de championnat, je ferai partie de l’effectif, prêt à donner mon aide», a déclaré Marzorati à Milan. Depuis début août, il s’astreint à un programme de remise en forme incluant course à pied et vélo. En 22 saisons à Cantù, Marzorati a notamment remporté deux Championnats d’Italie, deux Coupes des champions, quatre Coupes des Coupes et quatre Coupes Korac, disputant 692 rencontres et marquant 8.659 points. Avec la sélection italienne, dont il était le capitaine, il fut également vice-champion olympique (1980) et champion d’Europe (1983). Il est détenteur du record du nombre de sélections (278). . Un hôtel-palace dévalisé Avant même l’ouverture de ses portes, une longue file d’habitants de Washington et de ses environs trépignent d’impatience devant le grand hôtel St Régis. Avec la ferme intention de le dévaliser. Ce palace prestigieux de 1926, très proche de la Maison-Blanche, accueille d’ordinaire les présidents, les ministres et autres monarques en visite dans la capitale américaine. Depuis jeudi 7 septembre, avant sa rénovation totale, son mobilier, ses lavabos ou son linge sont livrés à la convoitise d’acheteurs moins fastueux. Mario Esperanza, originaire du Salvador, est cuisinier depuis 23 ans au service des petits-déjeuners du St Régis. En attendant de reprendre son emploi, il vient avec une amie acheter deux lampes en porcelaine rococo avec motif fleuri à 65 dollars, bien qu’il les juge «trop chères». Lits gigantesques, fauteuils, chandeliers, draperie, télévisions et minibars, tout y passe. . 26 ans sans sortir de chez elle Les autorités sanitaires italiennes ont été contraints à revêtir des masques respiratoires pour échapper à l’odeur infecte qui se propageait lors de l’évacuation d’une femme, qui s’est enfermée depuis 26 ans dans son appartement. Carmela de nom, la dame pesait environ 30 kilos et avait des cheveux longs de deux mètres quand elle a été transportée à l’hôpital. Les sapeurs-pompiers et les autorités sanitaires de Macerata ont trouvé les fenêtres de l’appartement scellées avec du ruban adhésif et les volets fermés. Victime d’une mauvaise grippe il y a 26 ans, Carmela était depuis si terrifiée par les microbes qu’elle a essayé de s’en protéger en se barricadant dans son appartement. Sa situation a attiré l’attention des autorités après que son frère, Adamo, qui déposait des boîtes de conserves près de sa porte, eut alerté la police. . Luges sur la route La police cantonale du Valais, en Suisse, a interpellé dimanche 10 septembre trois jeunes qui descendaient la route du col du Grand-Saint-Bernard à 60 km/h, couchés sur des luges à roulettes de compétition. Les lugeurs se sont élancés à plusieurs reprises en plein trafic avant d’être arrêtés entre le col et le tunnel. Seules les semelles des chaussures de chaque pilote permettent le freinage des engins. Les trois amateurs de sensations fortes, âgés de 18, 19 et 23 ans, seront poursuivis pour «avoir pratiqué du sport sur la chaussée», a annoncé lundi la police valaisanne.. Les petites annonces des parents du pape Les parents de Joseph Ratzinger se sont rencontrés en 1920 grâce à une petite annonce passée dans un journal bavarois, selon le journal «Bild am Sonntag», qui a retrouvé dans les archives régionaux deux annonces publiées par le père de l’actuel pape. «Petit fonctionnaire, célibataire, catholique, 43 ans, qui touchera une pension, souhaite rencontrer une bonne jeune fille catholique sachant cuisiner et un peu coudre pour l’épouser dès que possible», a écrit Joseph Ratzinger père dans l’annonce parue en mars 1920. Quatre mois plus tard, il répétait l’annonce. Mais le gendarme se présentait alors comme un «fonctionnaire moyen» et soulignait son «passé irréprochable». La cuisinière Maria Peintner a alors répondu et le couple a célébré son union dès le 9 novembre 1920. . Plus de chocolat, moins de viagra Le viagra c’est bien, le chocolat c’est mieux: voilà le très sérieux conseil de la non moins sérieuse directrice de l’agence fédérale du Nigeria en charge de l’alimentation et du médicament, Dora Akunyili. En recevant lundi 11 septembre le vice-gouverneur d’un des Etats de la fédération, Erelu Obaba, le Dr Akunyili a suggéré aux Nigérians qui souhaitent jouir d’une bonne libido de remplacer le fameux petit cachet par une bonne tasse de chocolat. Pour preuve: le comité national de développement du cacao (NCDC) vient de publier un document qui vante les vertus sexuelles de la précieuse fève. A l’appui, le NCDC rappelle qu’une compagnie alimentaire britannique, «Feeding your imagination» («nourrissez votre imagination») s’apprête à lancer au Royaume-Uni une gamme de six barres chocolatées énergétiques contenant des huiles censées améliorer l’humeur et surtout les performances sexuelles. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc