×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Tunisie: Nouvelle vague de privatisation
De notre correspondante permanente à Tunis, Yousra MAHFOUD

Par L'Economiste | Edition N°:3252 Le 12/04/2010 | Partager

. D’importantes entreprises sur la liste. Concessions, partenariats stratégiques, offre publique de souscription, plusieurs scénarios envisageables LA machine de privatisation tunisienne retrouve de sa vigueur. Pour cette année, pas moins d’une dizaine d’entreprises sont dans le pipe. Comme attendu, sur la liste des privatisables figurent de «gros morceaux» à l’instar de la Compagnie tunisienne de navigation (CTN), la Société tunisienne de sidérurgie et la Société de distribution de pétrole, la Société tunisienne de sucre,… Autres sociétés en lice, la Société tunisienne de réassurance (Tunis Ré), la Société Modern Leasing ou encore la Société tunisienne d’aviculture. Selon les informations officielles, ce programme compte également des opérations de concessions de taille: financement et exploitation d’une station de dessalement des eaux de mer à l’île Djerba (sud de Tunis), réalisation et exploitation d’un port de transbordement en eaux profondes dans la région d’Enfidha (75 km de la capitale Tunis) ainsi que la réalisation et l’exploitation de deux stations d’épuration à la capitale. Concessions, partenariats stratégiques, offre publique de souscription,… quels que soient les scénarios envisagés, le gouvernement entend privatiser des entreprises potentiellement viables, attractives aux yeux des investisseurs et opérant pour la plupart dans des domaines concurrentiels.Pour certaines sociétés, les dossiers sont bien avancés. La mise sur les rails des opérations serait même imminente. D’autant plus que la ferveur des investisseurs à placer leur argent est acquise. Parmi les opérations très attendues, la privatisation de la Société de distribution pétrolière ou encore la Compagnie tunisienne de navigation. Pour cette dernière, le schéma retenu est celui du placement via la Bourse. L’opération prendra la forme d’une OPS (offre publique de souscription). Elle sera réalisée par une augmentation de capital de 150 MDT (106 millions de dollars US). Deux appels d’offres ont déjà été lancés, l’un pour l’évaluation de la société en vue de son introduction en Bourse et l’autre pour la désignation de l’intermédiaire pour l’accompagnement dans cette opération. L’argent frais récolté de cette opération servirait en partie au financement des projets de développement de la compagnie et particulièrement à parfaire le stock de paquebot, voire même la construction d’un bateau selon les normes internationales, est-il souligné.Aujourd’hui, le bilan de la privatisation est considéré satisfaisant. Dans toutes ces opérations, l’Etat tunisien a agi en maître de jeu en l’occurrence sur les opérations plutôt délicates. En chiffres, plus de 200 entreprises publiques ont été cédées au privé sous les formes de privatisation, restructuration ou de concession. Plus de la moitié ont été totalement cédées, 20% environ par liquidation et 18% par privatisation partielle ou ouverture de capital par offre publique de vente. Au total, 155 entreprises ont été privatisées, 5 données en concession, 41 liquidées et 18 restructurées. Ces opérations ont rapporté à l’Etat le pactole de 6 milliards de dinars (plus de 4 milliards de dollars US). Les investissements étrangers tiennent le haut du pavé des recettes de privatisations et restructurations avec un taux de 87%.


Les services en tête

PAR secteur, celui des services figure en peloton de tête des entreprises privatisées, avec plus de 52% des entreprises cédées et plus de 84% des recettes. Il est talonné par l’industrie avec plus de 37% du nombre d’entreprises privatisées et 17,6% des recettes. En bas du tableau, figurent les secteurs d’agriculture et de pêche avec 8% seulement des entreprises privatisées. La téléphonie mobile a marqué les plus bons scores jamais réalisés: l’attribution de la première licence de téléphonie mobile (deuxième opérateur de téléphonie Tunisiana), de la cession de 35% du capital de l’opérateur historique Tunisie Télécom et tout récemment l’attribution de la 3e licence de téléphonie (Orange et le tunisien Divona Telecom).

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc