×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Eco-Consom

Regard sur l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:58 Le 17/12/1992 | Partager

Séparation à l'anglaise

Héritiers de l'ère victorienne, longtemps prudes et conservateurs, les Anglais sont, depuis 30 ans, à l'avant-garde de l'innovation en matière de moeurs du moins. Le prince Charles participe, avec "sa séparation sans divorce", à ce renouveau. Il ne s'agit plus d'une brouille conjugale mais d'un acte officiel annoncé par M. John Major, devant Buckingam Palace et à la chambre des Communes. Charles était déchiré par un drame cornélien, entre le devoir (un futur roi doit être marié) et la passion (en fait, son manque de passion pour Lady Di). Il a donc conçu une nouvelle formule conjugale, inspirée du vieux système de "chambre à part".

Mais les "engagements publics et constitutionnels" demeurent, et Diana pourrait devenir un jour reine, même si elle ne partage pas son intimité. Un conte de fées, commencé en 1981, s'achève. A l'époque, Lady Diana, qui avait conquis le plus beau parti du monde, était devenue une vedette. Sa coiffure, ses toilettes, ses chapeaux, devenaient des modes.

Nouvelle NEP en Russie

Les réformes vont connaître une "pause" en Russie. Boris Eltsine ne pourra garder Egor Gaïdar, symbole de la révolution libérale, beaucoup trop rapide aux yeux des conservateurs... issus du communisme. Entre 1921 et 1926, c'était la Russie communiste qui devait marquer une "pause", avec sa fameuse "NEP". Nouvelle Politique Economique. Les Russes, peuple de passion, semblent portés sur les changements brutaux. La "thérapie de choc", inspirée par le FMI et les Occidentaux ne sera pas appliquée.

Bilan d'Expotecnia au “12-13” de L'Economiste

Une des plus grandes manifestations commerciales, Expotecnia, a fermé ses portes après avoir reçu 15.000 personnes en 5 jours. Au “12- 13” du Jeudi 17 Décembre, L'Economiste reçoit, pour un bilan d'Expotecnia, Alvaro Rengifo, Conseiller Economique et Commercial de l'Ambassade d'Espagne et Luis Monterro. Directeur Général de Banco Exterior de Espana.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc