×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Pretoria reconnaît le Polisario
Qui est derrière la combine?

Par L'Economiste | Edition N°:1856 Le 17/09/2004 | Partager

. Une manoeuvre algérienne à la veille de l’assemblée générale de l’ONURien ne va plus entre le Maroc et l’Afrique du Sud. Pretoria vient de reconnaître la prétendue “Rasd”, avec échange d’ambassadeurs. Alger jubile. A Rabat, la réaction a été rapide: rappel de l’ambassadeur du Maroc pour consultation. Dans la foulée, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération a publié un communiqué de presse dans lequel il déplore la décision et exprime sa déception face à la nouvelle politique extérieure de l’Afrique du Sud. Le Maroc qualifie cette décision de “partiale, surprenante et inopportune”. Il est incontestable que cette décision n’est pas une surprise. Elle était latente. L’Afrique du Sud accordait au polisario un statut particulier sur son territoire. Celui-ci avait ses entrées à Pretoria où il était fortement représenté. D’ailleurs, pendant longtemps, l’ex-président Nelson Mandela reportait la décision de reconnaissance par égard au Maroc. N’avait-il pas mentionné dans ses mémoires l’appui apporté à son mouvement l’ANC par feu Hassan II? Eloigné des affaires publiques et de la politique, son successeur Thabo Mbeki, le nouveau président et homme fort de Pretoria, a franchi le pas. Ce geste ne vient qu’officialiser un état de fait depuis quelque temps. En fait, c’est le timing qui donne à réfléchir. Certes, ce n’est pas une réplique au Maroc à cause de sa candidature pour l’organisation de la Coupe du monde de 2010. Il a été un adversaire dans cette épreuve mais le temps est passé et le Mondial sera organisé par l’Afrique du Sud. En plus, cela aurait pu intervenir avant et constituer un moyen de pression. Cependant, une chose est sûre, l’annonce de cette reconnaissance intervient à la veille de l’assemblée générale des Nations unies la semaine prochaine. A cette occasion, le Maroc compte présenter une nouvelle initiative pour résoudre le problème du Sahara marocain le 21 septembre. Incontestablement, c’est une manoeuvre algérienne pour torpiller l’initiative marocaine qui sera présentée prochainement à New York. De plus, il est difficile de faire face à la légendaire connivence tripartite Algérie-Nigeria-Afrique du Sud. C’est de notoriété publique que ces trois pays se considèrent comme les grandes puissances de l’Afrique, l’axe central de toute la géopolitique dans la région. Aucun développement économique ne peut avoir lieu sans eux alors que cette vision bloque l’intégration économique du Maghreb. L’UMA est dans le coma depuis plus de dix ans par la volonté algérienne. Ce nombrilisme s’appuie sur un vieux schéma qui unit toujours ces deux pays. Ils se considèrent comme des compagnons de libération, Alger contre le colonialisme et Pretoria contre l’apartheid. Ainsi, ils ont imposé une hégémonie sur l’OUA, aujourd’hui sur l’Unité Africaine. Dans leur croyance, toute politique en Afrique doit transiter par cet axe qui traverse l’Afrique, du Sud au Nord. C’est ainsi qu’ils continuent à vouloir marginaliser tous les pays qui se positionnent en dehors de cet axe comme le Maroc ou l’Egypte.


Retrait

Le geste de l’Afrique du Sud a surpris plusieurs chancelleries à Rabat. Plusieurs diplomates regrettent en effet que cette décision intervienne à un moment où plusieurs pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine ont commencé à retirer, l’un après l’autre, leur reconnaissance de la prétendue “rasd”. Ils ont pris conscience que c’est une manœuvre algérienne pour bloquer le développement du voisin. M. C.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc