×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Face-à-face entre Bush et Kerry

Par L'Economiste | Edition N°:1866 Le 01/10/2004 | Partager

. Au menu, la politique étrangère et la lutte contre le terrorismeLes deux candidats à la présidentielle américaine de novembre, le président républicain sortant George Bush et le sénateur démocrate John Kerry, devaient s’affronter jeudi 30 septembre (21h00 locales, 01h00 GMT ce vendredi) pour la première fois en direct à la télévision lors d’un débat à Miami.Ce débat, d’une durée de 90 minutes, avait pour thème la politique étrangère et la lutte contre le terrorisme. Selon l’institut Pew de sciences politiques, 61% des 200 millions d’électeurs ont prévu de suivre ce débat. Deux autres rencontres de ce type sont prévues les 8 et 13 octobre. Ce débat est présenté comme la dernière chance pour le candidat démocrate pour combler son retard. Constamment distancé dans les sondages depuis un mois, Kerry tient une occasion rêvée pour faire tomber l’étiquette de «mou inconstant» que le camp républicain a réussi à lui attacher. Les experts estiment que s’il sort gagnant de ce débat, la course restera ouverte, sinon Bush va sceller son avance. Pour rester dans la course, Kerry doit absolument redonner confiance aux électeurs dans sa capacité à gérer l’Irak afin de bénéficier des doutes sur la politique de Bush sur cette question, estime le «Los Angeles Times». Les sondages montrent en effet que les Américains craignent de plus en plus un enlisement en Irak mais continuent à faire davantage confiance à Bush qu’à son rival pour trouver une porte de sortie à ce conflit.Depuis une dizaine de jours, le candidat démocrate multiplie les attaques contre la guerre en Irak et la lutte contre le terrorisme de l’administration Bush, affirmant qu’elles ont été menées en dépit du bon sens, et que «les mauvais choix du président ont rendu l’Amérique moins sûre». Pour sa part, le président Bush a revendiqué sa «fermeté» dans la guerre contre le terrorisme et présente l’Irak comme un pays en marche vers la démocratie. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc