×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:60 Le 31/12/1992 | Partager

L'O.C.D.E. oriente l'Italie

L'Organisation de Coopération et de Développement dicte au gouvernement italien ce qu'il devrait faire pour assainir ses comptes et s'intégrer efficacement dans le marché monétaire et européen.

L'Italie est tenue, avant tout, de réduire son déficit budgétaire de 2% par an à partir de 1993 parce qu'il dépasse actuellement la valeur du (P.I.B.). Elle devrait, dans ce cadre, résorber une partie de sa dette publique qui s'élève à 106% du P.I.B. et trouver les moyens financiers nécessaires pour répondre aux besoins de financement de l'administration publique qui constituent plus que 10% du P.I.B. L'économie italienne s'est avérée trop médiocre cette année, elle s'est traduite par la détérioration de ses parts de marché international et par une accentuation de l'inflation.

Le programme de privatisations, préconisé cet été par le gouvernement italien, ne dégagera pas suffisamment de recette pour combler le déficit budgétaire. Car l'encours total des titres potentiellement négociables ne représente que 15% de la dette publique. C'est pourquoi, l'O.C.D.E. propose une réduction des dépenses publiques réservées pour près de 2/3 aux transferts sociaux et à la consommation publique.

De même, afin de lutter contre la fraude fiscale, l'organisation envisage l'élargissement de la base imposable. Cette mesure inciterait les redevables de l'impôt à mieux répondre à leur obligation.

L'OCDE estime ainsi que l'assainissement des finances publiques devrait incomber "aux autorités au même titre que la population contrainte à des sacrifices en termes de revenus".

L'OACI évalue les trafics aériens réguliers

L'organisation de l'aviation civile internationale (O.A.C.I) estime que le trafic aérien régulier de toutes les compagnies aériennes du monde a augmenté cette année d'une moyenne de 6% sur 8 mois par rapport a l'année antérieure.

Les compagnies relatives aux l74 membres de l'O.A.C.I. Ont enregistré 1,17 milliard de passagers et 17 millions de tonnes de prêt, soit un trafic total de 244,6 milliards de tonnes/km.

Le trafic international a progressé de 11% en tonnes/km tandis que les trafics intérieurs sont restés stables.

La Nouvelle-Zélande se bat sur le marché international du kiwi

Le kiwi new-zélandais, classé second dans la production mondiale avec 215.000 tonnes, se livre à une concurrence acharnée au sein de la C.E.E. Le seul débouchés dont elle dispose encore.

Une limitation de ses exportations s'avère nécessaire devant l'abondance des récoltes italienne et française qui en réduisent le prix à 3DH le Kg. Les français réclament à la Nouvelle-Zélande d'arrêter sa production ne serait-ce qu'un semestre par an, mais elle s'y oppose encore.

Elle subit déjà de plein fouet la loi américaine anti-dumping et japonaise anti-trust et tient à rester dans le marché européen.

France Télécom réduit les tarifs pour les communications internationales

A partir du 1er Janvier, France Télécom a élargi le réseau de communications téléphoniques internationales, susceptible de connaître une baisse des tarifs pour englober 150 pays cette année. Les plus gros bénéficiaires de cette réduction sont le Japon, l'Amérique du Nord et le Sud-Est asiatique dont le coût/mn de communication enregistrera un recul de 10%. Ce taux est de 5,3% pour l'Europe, de 2,7% en direction de l'Irlande, la Grèce ou le Portugal; de 4,4% pour des pays situés en Proche-Orient ou en Amérique latine. Soit une baisse moyenne de 4,1% écartant toutefois les pays du Maghreb et de l'Afrique francophone. L'opérateur, qui va largement récupérer sur les trafics supplémentaires n'en comptabilisera pas de pertes notables.

Le textile de chinois parvient au succès en dépit de la faiblesse de ses moyens

Malgré l'obsolescence des moyens de production qui caractérisent son industrie textile, la Chine a battu les records en matière d'exportation d'habits avec une recette de 24 milliards de Dollars cette année. L'essentiel de ce montant a été réalisé de Juin à Octobre où les ventes ont été estimées à 19,3 milliards de Dollars. Le ministre de l'Industrie, convaincu que ce ne sont pas les débouchés qui manquent, rassure que le résultat aurait été meilleur, avec un peu plus de moyens financiers et un peu moins de sous-capitalisation. Il faut toutefois signaler qu'une hausse des prix ou une baisse de la qualité des produits textiles peuvent réduire la performance économique chinoise.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc