×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Politique Internationale

Eddif réédite le Goncourt 95

Par L'Economiste | Edition N°:203 Le 09/11/1995 | Partager

Un aller simple
Didier van Cauwelaert
Eddif
80DH

EDDIF vient de sortir pour 80DH le Goncourt de cette année, "Un aller simple", édité en France par Albin Michel, en février dernier.

Eddif a racheté les droits d'édition auprès d'Albin Michel, pour un nombre précis d'exemplaires, 2.500. Ce chiffre est déjà un joli tirage pour le marché marocain, mais l'ouvrage de Didier van Cauwelaert y bénéficie d'une double séduction: c'est le prix Goncourt et une partie de l'action se passe au Maroc.

Contrairement à ce qui se passe souvent, le Maroc n'est pas déformé. On y trouve bien le mélange typique de dévouement, de rigueur, d'incompétences et de passe-droits. La plume de Didier van Cauwelaert n'est ni cruelle ni emphatique, puisque le Maroc n'est pas l'objet de son roman. Il constate et fait agir ses personnages dans ce constat.

Le personnage central est un Marocain d'usurpation, devenu Marocain par pur hasard et seulement sur le papier, parce qu'il faut bien avoir des papiers. Ceci déterminera une "expulsion humanitaire" de Marseille vers le Sud du Maroc, flanqué "d'un attaché humanitaire" aussi. Didier van Cauwelaert affirme que cette expérience d'attaché humanitaire, un diplomate français chargé de veiller à la réinsertion de l'expulsé dans son pays d'origine a bien existé. Ont bien existé aussi les reportages dans la presse, suscités par les pouvoirs publics parisiens.

Aziz, l'expulsé, se prend d'amitié pour son attaché humanitaire. Etrange amitié qui va jusqu'à reprendre en charge, par delà la mort, les ambitions de "l'attaché humanitaire".

Mais l'intérêt du livre comme l'intérêt de la plume de Didier van Cauwelaert ne sont pas vraiment dans le scénario. Ils sont dans les descriptions des exclusions.

Aziz est exclu de naissance, dans une communauté de Tziganes, elle-même reléguée aux limites de Marseille. Les exclus produisent pourtant des experts, formation professionnelle à l'appui. Ainsi, l'expert Mercédes, qui a de nombreuses années d'entraînement, est un voleur capable de voler sans bavure auto-radio, pièces détachées... L'humour de Didier van Cauwelaert rend ce petit monde sympathique, même le bijoutier qui dénonce faussement Aziz, la seule fois où il n'a pas chapardé pour obtenir ce dont il avait besoin.

N.S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc