×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier BâtimentDes méga-programmes réaniment le secteur

Par L'Economiste | Edition N°:1037 Le 13/06/2001 | Partager

. A fin 2000, 15 conventions touristiques, portant sur 9,3 milliards de DH, ont été signées. Agadir focalise l'attention des investisseurs internationauxDix millions de touristes à l'horizon 2010. Le défi lancé par les professionnels du tourisme pose une question de taille: où loger tout ce monde? La compétitivité du secteur nécessite une infrastructure hôtelière plus grande et tout un programme d'actions permettant l'amélioration de la qualité de l'offre touristique. A côté de la création de nouvelles stations balnéaires, les professionnels tablent sur la consolidation des destinations existantes. Ceci passe par l'encouragement des projets internationaux. Jusqu'à fin 2000, 15 conventions ont été signées avec l'Etat, représentant un investissement global de 9,3 milliards de DH et une capacité de 20.822 lits. Françaises, indiennes, espagnoles, allemandes, saoudiennes, de grosses pointures internationales ont investi les sites touristiques.Mais de toutes les villes du Maroc, Agadir est la plus lorgnée. La capitale du Souss suscite un réel engouement et sera bientôt transformée en méga-complexe touristique. Les projets sont à différents stades d'avancement. Le groupe espagnol Sol Melia est en passe de boucler son dossier d'autorisation de construire. Il le présentera ces jours-ci aux autorités locales de la ville. Le groupe ambitionne d'investir 1 milliard de DH pour la création de deux unités hôtelières de 5 étoiles luxe sur le Founty II. Ces unités, d'une capacité de 1.020 lits, seront accompagnées d'un centre de thalassothérapie, un centre de conférence et un golf de 18 trous. Le programme permettra la création de 1.000 emplois. Non moins important, le projet du Palais des Roses International (PRI) est en marche. Il est initié par le groupe saoudien Dalla El Baraka qui exploite aussi le site de Taghazoute. Une partie de ce projet a déjà entamée. Deux unités hôtelières de catégorie 4 étoiles et d'une capacité de 800 lits sont en construction. PRI envisage de créer deux autres unités haut standing d'une capacité de 1.400 lits. Le dossier de construction de cette tranche est en cours de bouclage. En tout, le programme PRI engloutira près de 1 milliard de DH avec à la clé 1.000 emplois.Toujours sur le Founty, Accor est sur le point de boucler son dossier de construction pour la création d'un village de vacances de catégorie 4 étoiles. Baptisé Club Coralia, le projet aura une capacité de 600 lits. Il sera accompagné d'une résidence touristique en apparts-hôtel d'une capacité de 400 lits et des équipements d'animation et de loisirs. Près de 350 millions de DH seront nécessaires pour la réalisation de ce programme, permettant la création de 300 emplois. Le groupe a également un projet-phare sur Casablanca: le Casa City Center. Le problème foncier avec le Ministère des Habous a été réglé l'année dernière après trois ans de négociations. Le groupe français compte construire un complexe hôtelier et d'affaires en plein centre de Casablanca pour un investissement global de 1,2 milliard de DH. L'Allemand Nekerman a rejoint cette valse des grands. Il construit un hôtel de quatre étoiles sur le Founty. Montant d'investissement: 280 millions de DH. D'une capacité de 960 lits, ce projet va renforcer la demande allemande, qui a connu un fléchissement l'année dernière. A Tanger, le projet le plus en vue est le Casino Môvenpick qui a ouvert ce mois-ci. Il s'agit de l'ancien hôtel Malabata qui a été entièrement rénové. Le projet, d'une valeur de 510 millions de DH, a été initié par le groupe saoudien Malabata International Corporation. La gestion de l'hôtel est prise en charge par la société suisse Môvenpick tandis que celle du casino, c'est le Polonais Casinos Poland qui s'en charge. A Marrakech, le projet Ksar Ménara fait beaucoup parler de lui. Mais il n'a pas été conventionné jusqu'à maintenant. D'une valeur de 1,7 milliard de DH, cet immense complexe a été initié par un consortium de promoteurs avec Kenzi Hôtels comme chef de file. Le projet apportera près de 5.700 lits supplémentaires. Une aubaine pour la ville rouge, constamment saturée. Ouarzazate n'est pas en reste. Elle figure en bonne place dans le plan du groupe indien Oberoi et français FRAM. Le premier compte investir près de 975 millions de DH pour la construction d'hôtels de luxe dans cette ville, à Casablanca et Marrakech. Le deuxième injectera 540 millions de DH pour la création d'hôtels à Rabat, Erfoud, Marrakech et Agadir. Le Club Med, qui possède 6 villages de vacances, affiche ses ambitions pour l'éco-tourisme via la création de nouvelles stations à Tifnit (Agadir) et à Dakhla. Le groupe créera d'autres unités à Marrakech, Al Hoceïma et étendra son village de Cabo Negro. Ce plan nécessitera près de 1,3 milliard de DH avec à la clé 1.400 emplois. N. L.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc