×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Communication: Sony monte une opération marocaine

Par L'Economiste | Edition N°:1866 Le 01/10/2004 | Partager

. La multinationale prend le Maroc comme toile de fond pour ses nouveaux produits. De la pub… gratuite et à plusieurs ressorts. Une convention avec 2.000 cadres à MarrakechQuelque 2.000 personnes sont attendues aujourd’hui pour la grande convention de la firme Sony, à Marrakech. Cette rencontre se situe donc parmi les grandes rencontres d’incentive se déroulant à Marrakech. Elle dure jusqu’à lundi.La multinationale, d’origine japonaise, présentera à ces cadres mondiaux les gammes de produits innovants qu’elle compte mettre sur le marché pour cet automne mais aussi et surtout pour l’année 2005. Elle présentera aussi, et c’est là que cette convention devient très importante pour le Maroc, ces programmations publicitaires pour les deux années à venir.L’opération est importante pour le Maroc car les annonces presse, les spots-TV comme les affiches, sont tous conçus avec pour toile de fond des paysages marocains, sélectionnés et photographiés par l’artiste Watson.. Un budget énormeLes publications ont commencé l’été dernier et seront étendues au fur et à mesure de la montée en puissance de l’offre. Devant la délégation marocaine qui accompagnait SAR la Princesse Lalla Hasna à l’inauguration de l’expo Albert Watson de Milan, les responsables de Sony ont parlé d’un budget de l’ordre de 10 millions d’euros, rien qu’en achats d’espaces, selon eux. “Ce qui est énorme”, commente André Azoulay, conseiller du Souverain et qui accompagnait la Princesse à Milan. “Même si le chiffre est un peu inférieur, cela fera quand même une superbe opération pour notre pays”, ajoute le conseiller. En fait au-delà des événements initiés par SAR Lalla Hasna et sa visite en Italie au début de la semaine, l’opération Sony présente plusieurs aspects techniques qui méritent d’être relevés.En premier lieu, la multinationale a recherché des photos réalisées à Essaouira, Marrakech et Ouarzazate par un artiste, Albert Watson. Ceci assoit la communication sur un haut niveau et lui permet de durer longtemps dans l’esprit du spectateur. C’est l’effet bien connu de la permanence de l’art. Le ressort en est très différent de la provocation, comme le fait l’actuelle campagne marocaine de Sony, jouant sur l’expression “les doigts dans le nez” (il semble que les jeunes l’aient parfaitement intégrée… au grand dam des parents!). Ensuite, il faut souligner que cette campagne de Sony est de facto, une campagne pour le Maroc. Une campagne qui ne coûte pas un centime aux contribuables marocains. Apparemment, la firme Sony n’a demandé aucune compensation au Royaume pour cette “mise en visibilité” puisque c’est elle qui finance sa convention de Marrakech. Cela vaut aussi pour le concert du chanteur Andréa Bocelli, qui aura lieu le dimanche 4 octobre, au Palais Badii de la capitale du sud. Au Maroc, on connaît assez peu le visage et le répertoire de Bocelli, pourtant, tout le monde reprend son Miserere (interprété avec Zucchero) et surtout son romantique “Con te partiro” (“je partirai avec toi”). Si le montant des achats d’espaces est exact, cela donne un appui très fort à la communication touristique du Royaume en direction de ce marché, lequel a tendance à choisir l’Egypte et la Tunisie, plutôt que le Maroc. Néanmoins, le taux de progression des arrivées italiennes au Maroc est un taux à deux chiffres.. Troisième ressortEnfin, dans cette opération marocaine de Sony, un troisième aspect doit être relevé. En effet, cette communication associe les paysages marocains avec de la haute technologie de grand public. Sans la médiation de la marque nippone, c’est une association qu’il aurait été impossible de faire. C’est évidemment un effet induit, qui n’a pas été pensé, encore moins recherché en tant que tel, mais il est là. Il est vrai que parfois Watson a recherché fortement l’effet “exotisme” ou la différentiation entre le paysage et le produit, mais le lien reste qu’on le veuille ou non. Le résultat n’est pas garanti, puisque ce n’est pas l’objectif de la campagne. Cependant, on peut penser qu’il sera dorénavant plus aisé de faire admettre l’idée que le Maroc fait partie des pays à nouvelle technologie, des pays où l’on peut travailler et investir dans ces branches. Jusqu’à présent en dehors des cercles initiés, il est particulièrement difficile d’accréditer l’idée qu’au Maroc, les NTIC ne s’arrêtent pas aux call-centers, mais vont jusqu’à la conception de logiciels de haute volée dans des secteurs aussi différents que les télécoms, l’industrie automobile, les jeux, la finance… ou bien qu’il y a un pôle sérieux de sous-traitance aéronautique, etc. Le Maroc est plutôt associé aux dromadaires, quand ce n’est pas avec le kif ou les pateras…Cette campagne de Sony pour ses nouveaux produits contribuera à renverser l’image. - Le chanteur italien Andréa Bocelli se produira à guichet fermé à Marrakech, à l’invitation de la multinationale Sony. Bocelli est pratiquement aveugle depuis son adolescence. Il est venu tard à la musique car il préférait le droit… Le romantisme de ses interprétations et la coloration de sa voix (presque ténor) lui valent des succès mondiaux N. S.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc