×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Aliments de bétail
Le prix des tourteaux de soja monte en flèche

Par L'Economiste | Edition N°:2977 Le 05/03/2009 | Partager

. Réajustement de 0,20 DH/kg du prix . Trois usines à l’arrêt, faute de matière premièreLe marché des graines oléagineuses et du soja en particulier s’embrase à nouveau. Les premiers à réajuster leurs prix sont les fabricants d’aliments composés destinés aux volailles et ruminants. Ainsi, la répercussion de la hausse des tourteaux de soja est de 0,20 DH/kg. En quelques semaines, ces produits ont vu leurs prix grimper de 700 DH/tonne. Ce qui donne une augmentation du prix du kilo de 0,70 DH. L’ajustement correspond sensiblement au taux d’incorporation de cette matière première dans la fabrication des aliments composés, soit 25%. Depuis le 1er mars, les tourteaux de soja sont négociés sur le marché local entre 4,50 à 4,80 DH/kg, alors que le prix affiché est de 4 DH/kg. Mais plus graves encore sont les incertitudes qui pèsent sur le marché mondial des graines de soja. «En effet, les tourteaux de soja, issus de la trituration au niveau local, se font rares sur le marché national», signale la profession. A tel point que trois usines de provende se trouvent actuellement à l’arrêt. A noter que le marché des matières premières accuse dans l’ensemble une tendance baissière. Et, la fièvre qui s’empare des graines, huiles et tourteaux ne s’explique que par l’empressement des traders «shorts» qui rachètent leurs contrats dans l’objectif de réorienter le marché à la hausse, peut-on relever sur le site du marché de Chicago. En effet, la Chine, l’un des plus gros importateurs mondiaux, a annulé plusieurs contrats durant les trois dernières semaines. Autrement dit, il est plutôt question d’anticipation sur les prochaines récoltes quelque peu touchées par la vague de froid qui a sévi aux Etats-Unis. Mais en Argentine, les prévisions de production s’annoncent nettement meilleures.Par ailleurs, comment se présente l’industrie nationale de fabrication d’aliments composés? Les ordres de grandeurs fournis par la profession indiquent que l’activité compte 40 usines d’une capacité globale de 4 millions de tonnes/an. Cette capacité assure une production d’une valeur d’environ 3,8 milliards de DH, plus de 3.000 emplois directs et le double de manière indirecte. En 2008, le chiffre d’affaires réalisé par les usines de provende s’est situé à près de 8 milliards de DH. Chiffre quelque peu gonflé par la flambée des matières premières à l’international. L’année passée a enregistré en effet d’importantes hausses. A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc