×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pétrole: La facture s’est allégée en janvier

Par L'Economiste | Edition N°:2977 Le 05/03/2009 | Partager

. Les importations en pétrole brut chutent de plus de 71% . Le prix moyen de la tonne s’est déprécié de 50,5%Voilà qui devrait sensiblement alléger les charges de la Caisse de compensation. Après une forte volatilité des prix liés au pétrole, qui avaient atteint leur haut historique il y a quelques mois seulement, ces derniers retournent à des niveaux plus raisonnables. En témoignent les derniers chiffres publiés par l’Office des changes sur la situation des échanges extérieurs en janvier 2009. En effet, durant le premier mois de l’année en cours, le Maroc a importé pour près de 720,6 millions de DH de pétrole brut. Une facture qui s’inscrit en baisse de 71,8%, pour un volume importé également en régression de 43,1% par rapport au même mois de 2008. Le tonnage de brut, pour sa part, a atteint en janvier quelque 278.500 tonnes contre 489.200 tonnes une année auparavant, révèlent les statistiques. Outre ce recul du volume importé, l’allégement de la facture pétrolière du Royaume s’explique essentiellement par la dépréciation des cours du pétrole sur le marché international. Le prix moyen de la tonne de brut importé s’est, quant à lui, déprécié de 50,5% pour se stabiliser finalement à 2.587 DH en janvier dernier au lieu de 5.228 DH en janvier 2008. L’évolution mensuelle des achats du pétrole brut montre un affaissement du prix moyen de la tonne importée depuis le pic enregistré en juillet dernier, c’est-à-dire, 7.211 DH la tonne. La baisse des importations du brut, conjuguée au recul des acquisitions de gasoil et de fuel de près de 48,5%, et de gaz de pétrole et hydrocarbures toutes catégories, en repli de 43%, a également impacté négativement les achats de produits énergétiques en général. Ces derniers sont passés de 5,12 milliards de DH en janvier 2008 à plus de 2,73 milliards une année après, soit une baisse de près de 46,7%. Suite à cette évolution, les produits énergétiques reculent donc à la 4e place, affichant 14,6% du total des importations nationales, après avoir occupé le 3e rang en janvier 2008 avec 21,5%. Derrière ce recul, la baisse des importations d’huile brute de pétrole, de gaz de pétrole et autres hydrocarbures. Les exportations de produits énergétiques, quant à elles, reculent de près de 80,1% en janvier 2009. «Un repli dû principalement au recul des ventes d’huile de pétrole et lubrifiants de 82,3%», indique-t-on à l’Office des changes.Mohamed MOUNADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc