×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Casablanca/patrimoine
Les démolitions reprennent de plus belle

Par L'Economiste | Edition N°:4178 Le 24/12/2013 | Partager
L’ancien site de Lafarge détruit
Celui de Coca-Cola aussi
La mémoire des Casablancais en voie de disparition

Encore des démolitions qui soulèvent l’ire des défenseurs du patrimoine architectural de Casablanca. La dernière en date concerne les vestiges du site de la société Lafarge avec ses logements dédiés aux cadres (construit par Edmond Brion dans les années 40), boulevard Batali Mohamed Ben Mekki (Roches Noires), qui vient d’être emportés par les engins de démolitions ce mois-ci. Auparavant, c’était l’ancienne usine Coca-Cola (construite par l’architecte Pierre Bousquet en 1950) qui disparaissait à boulevard Oulad Ziane (fin août 2013).
«Certaines vestiges sont chargées d’histoire et c’est dommage de les voir disparaître petit à petit», déplore Abdelkader Kaioua, inspecteur régional de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique du Grand Casablanca.
Outre les sites industriels, de nombreuses démolitions ont concerné des édifices historiques comme la villa Henri Terraz, boulevard du Lido, construite en 1953 par l’architecte Albert Planque, disparue en octobre dernier, et une villa, angle boulevard Rachidi et Hassan Ier, détruite la semaine dernière.
L’association Casamémoire, qui énumère régulièrement la liste des monuments menacés par la spéculation, tire aujourd’hui la sonnette d’alarme. D’autant plus que ces démolitions touchent non seulement le patrimoine architectural, mais aussi industriel. Un thème cher à l’association, qui vient d’ailleurs d’organiser une conférence sur ce sujet, animée par Abdelkader Kaioua dans le cadre de l’Université Populaire du Patrimoine (cf. l’édition du 17 décembre 2013).
Ce dernier avait mis l’accent sur l’importance de l’industrie dans l’histoire urbaine et architecturale de Casablanca dans la mémoire collective des Casablancais.
Ailleurs, les projets de reconversion de ces friches se multiplient, comme les anciens abattoirs de la Villette à Paris reconvertis en Parc urbain et culturel ou ceux de Madrid, devenus Matadero, un centre de création contemporaine. A Lisbonne comme à Istanbul, les anciennes usines électriques et thermiques sont transformées en espaces dédiés à l’art et la culture, rappelle-t-on auprès de Casamémoire. Les projets de reconversion industrielle touchent désormais des pans entiers de la ville comme à Montréal avec le quartier d’Outremont, renouvelé en quartier de logements  ou encore à Londres, avec les docks, quartier mixte avec la fameuse Tate Modern gallery.
«N’est-il pas temps de mettre en oeuvre une stratégie de protection du patrimoine casablancais en commençant de toute urgence par un inventaire digne de son nom?» s’interroge Rachid Andaloussi, président de Casamémoire.
Au Maroc, on n’en est pas encore là, mais l’exemple des anciens abattoirs de Casablanca montre qu’on peut réussir la réhabilitation de plusieurs sites industriels historiques de la ville. Reconvertis depuis 2009 en Fabrique culturelle, les anciens abattoirs de Casablanca sont aujourd’hui un espace dédié à la création artistique urbaine, la diffusion et la formation toutes disciplines confondues (arts vivants, arts enregistrés, street-arts, arts plastiques…).
«Casamémoire travaille à faire classer Casablanca  Patrimoine mondiale par l’Unesco. Et nous sommes certains que c’est grâce à ce classement qu’un cadre juridique sera alors mis en oeuvre pour conserver la mémoire des Casablancais», conclut Andaloussi.
A. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc