×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Intelcia tisse sa toile

Par L'Economiste | Edition N°:4178 Le 24/12/2013 | Partager
Le spécialiste investit El Jadida et vise l’Afrique
740 millions de DH de CA dont 45% réalisés en France

Source: Intelcia
En s’internationalisant, Intelcia cherche à acquérir les meilleures pratiques et tirer profit de la mobilité offerte par ce développement géographique aux conditions locales

L’acquisition des français Eurocall et The MarketinGroup, respectivement en 2010 et 2011, marque l’ancrage d’Intelcia dans le marché francophone de l’offshoring. Et l’OPA sur The MarketinGroup constitue la première d’une société marocaine sur une entreprise française cotée en Bourse. Au-delà, le spécialiste marocain de la relation client consolide sa position de premier outsourceur du Royaume et entre de plain-pied dans le top ten du classement des leaders francophones. Et cette marche victorieuse se poursuit avec l’ouverture cette semaine d’un 8e site de production du groupe à El Jadida.  
Intelcia, spécialiste dans les métiers de l’offshoring (études et sondages, service client, télémarketing, vente par correspondance, support technique), compte plus de 3.300 salariés dont 2.300 au Maroc et plus de 3.000 positions de travail, réparties sur les deux pays sur 4 sites de production pour chacun d’eux. Le marché de l’Afrique de l’Ouest est déjà dans le viseur du groupe. 
Il n’empêche, à l’instar des autres acteurs du secteur, Intelcia souffre de déficit d’image. Cette image d’usine du 21e siècle voyant dans les téléconseillers et autres enquêteurs juste des éléments d’un puzzle d’une chaîne de production. Un état de fait qui agace Karim Bernoussi. Le PDG d’Intelcia Group s’évertue à prouver le contraire. D’autant plus «que cette image est réductrice pour un secteur qui emploie plus de 40.000 jeunes diplômés du supérieur et réalise un chiffre d’affaires de 4 milliards de DH», s’insurge-t-il. Des performances qui ne concernent que la composante BPO (relation client) du secteur. Et dans ce segment de l’offshoring, Intelcia Group affiche fière allure. Il est premier acteur marocain 100% offshoring avec un chiffre d’affaires consolidé de plus de 740 millions de DH. Le groupe consacre chaque année plus de 15 millions de DH dans la formation de ses recrues, soit 8,5% de la masse salariale du groupe, assurée pour l’essentiel en interne, via sa filiale Smartshore. «Une étape obligée pour que nos collaborateurs perçoivent et comprennent l’importance de leur rôle au sein de l’organisation de l’entreprise», explique Bernoussi. Ceci «d’autant plus que ce sont eux qui portent l’image de l’entreprise auprès de nos clients». Ils ont en moyenne 25 ans, bac+2 et bac+4, avec une dominance de la gent féminine pour les deux tiers des effectifs. L’enjeu, selon Bernousssi, «c’est de valoriser nos ressources humaines  de sorte à les fidéliser à ce secteur où le turn-over est l’un des plus importants». D’où l’importance dévolue à l’entreprise dans son rôle de formateur qui, de surcroît,  lui confère la «responsabilité de faire rentrer ces jeunes dans le marché de l’emploi». A ce titre, Intelcia Group revendique sa part dans l’émergence de la classe moyenne. Illustration: «Un jeune couple qui travaille chez nous gagne jusqu’à plus de 6 fois le smig», se réjouit Bernoussi.

B. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc