×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Campagne autour du nouveau plan de circulation

Par L'Economiste | Edition N°:4164 Le 04/12/2013 | Partager
Le grand public pourrait y accéder sur le site de l’AODU

Le changement de statut de l’AODU s’accompagnera d’une révision de ses attributions. Elle ne sera plus un simple planificateur, mais elle pourra aussi assurer d’autres missions comme la gestion des contrats délégués pour les déplacements tous modes confondus. Entretien avec Abdelmalek Bout, DG de l’Autorité organisatrice des déplacements urbains du Grand Casablanca (AODU).
- L’Economiste: Quelle est la particularité des gros chantiers actuels de l’AODU?
- Abdelmalek Bout: D’ici à la fin de l’année, nous achèverons les deux grandes études que nous avons menées. La première concerne le plan de circulation, alors que la seconde concerne la restructuration du réseau de transport en commun. Les deux études seront validées au plus tard le 20 décembre. L’étape suivante consiste à présenter les résultats aux concernés, notamment la ville et ses élus, auxquels nous allons fournir le fruit de notre travail. Mais, notre rôle ne s’arrêtera pas là, car nous allons certainement contribuer aussi à la mise en œuvre et le suivi. Le plan de circulation est un document stratégique qui donne les grandes orientations à Casablanca. Il y aura certainement d’autres études à approfondir.
Cette étape sera suivie par une campagne de communication auprès des élus, la presse, le grand public… Les parties qui intéressent le public seront aussi disponibles sur notre site web. Donc, d’ici à fin décembre, nous aurons bouclé ces deux dossiers et l’année 2014 sera vraiment celle de la mise en œuvre.
- Le plan de déplacements urbains (PDU) de Casablanca sera-t-il actualisé à la lumière des résultats de ces 2 études?
- Casablanca a son PDU qui date de 2004 et qu’il faut actualiser tous les 10 ans. Il est donc toujours valable. L’AODU entend profiter du recensement général pour poser des questions liées à la mobilité des Casablancais. En fait, ce sont les enquêtes qu’il faudra mettre à jour. On verra ce que le conseil d’administration décidera en janvier prochain quant à la révision du PDU.
- 2014 sera aussi l’année de changement de statut pour l’AODU… 
- Justement, cette question est à l’ordre du jour. Dans tous les cas de figure, l’AODU telle qu’elle fonctionne aujourd’hui ne peut pas aller plus loin. Elle souffre notamment de la lenteur des procédures administratives. Son budget est décidé à la région, donc pour toute action, il faut passer par un long circuit de décisions. Ce qui génère des pertes de temps énormes. Ce n’est pas le cas pour une entreprise qui bénéficie de plus de souplesse de gestion, la possibilité de faire des capitaux privés… Rien n’est encore décidé, mais la formule de la société de développement local (SDL) serait probablement favorisée. Elle est d’ailleurs prévue par la charte communale.
- Ce changement de statut s’accompagnera-t-il d’un changement de prérogatives?
- Nous voulons que l’AODU soit ancrée dans l’espace politique de Casablanca. L’agence a aujourd’hui un statut de planificateur (études, conseil…). Mais rien n’empêche en cas de besoin d’avoir un certain nombre d’attributions, comme la gestion des contrats délégués pour les déplacements tous modes confondus,
Au final, ce sont les élus qui décident. Nous ne faisons pas de politique, nous faisons de la gestion technique.


Propos recueillis par A. E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc