×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Longévité: 5 années de plus au compteur

Par L'Economiste | Edition N°:3934 Le 21/12/2012 | Partager
Une année entière sur ces 5 ans consacrée à combattre la maladie
Cancer, diabète et maladies cardiovasculaires responsables des 2/3 des décès
Les Japonaises, doyennes du monde: espérance de vie à 85,9 ans en 2010

Vivre vieux, c’est bien, mais encore faut il vivre mieux. Le vieillisement de la population et la baisse de la mortalité prématurée ont entraîné une augmentation des personnes vivant avec des handicaps chroniques

Félicitations, vous vivez plus longtemps que vos prédécesseurs. L’espérance de vie à la naissance a significativement augmenté ces 40 dernières années. Les hommes vivent 11,1 années de plus, contre 12,1 années pour les femmes. Telle est la conclusion d’une étude menée dans 187 pays par la revue anglaise The Lancet. Cette évolution est due en grande partie à la chute du taux de mortalité infantile, qui a atteint les 60% entre 1970 et 2010, tous sexes confondus.
Autre constat de l’étude: les femmes vivent plus longtemps que les hommes, et améliorent continuellement leurs scores. Leur taux de mortalité à chuté d’environ 45% pour la tranche des 15 à 54 ans. Le record de longévité est détenu par les Japonaises. Il était de 85,9 ans en 2010, et devrait être encore plus important en 2012, selon les pronostics de l’étude.
Le Japon détient un autre record, avec une évolution constante de sa longévité. En 1970, ce pays était onzième au classement que ses femmes coiffent aujourd’hui. Le Moyen-Orient (Oman tout particulièrement) et l’Amérique latine (Bolivie, Pérou et Guatemala) sont aussi de bons élèves, grâce à des politiques de santé performantes. D’autres pays, dans le Sahel notamment, sont moins bien lotis. Le Botswana, l’Afrique du Sud, la Zambie et le Zimbabwe ont vu leur taux de mortalité exploser à 500%. Haïti, elle, remporte le prix de l’enclume, avec la plus faible espérance de vie. Les hommes y vivent en moyenne 32,5 ans, contre 43,6 ans pour les femmes. La mauvaise nouvelle, c’est que longévité et bonne santé ne vont pas forcément de pair. Si les hommes ont gagné 5 années de vie au cours des 2 dernières décennies, ils consacrent une année dans le lot à combattre la maladie. Le Sida est encore une importante cause de décès. Le rapport fait aussi état d’une forte augmentation des maladies chroniques, comme les troubles mentaux et les maladies squeletto-musculaires. Le plus préoccupant, c’est l’augmentation de la part des maladies cardiovasculaires, du diabète et du cancer, dans le nombre de décès. Incriminés dans la moitié des cas en 1990, ils sont désormais responsables des deux tiers des décès dans le monde. Sur la même période, le nombre de cancers a augmenté de 38%, passant de 5,8 millions à 8 millions de cas. La bonne nouvelle, c’est la chute du nombre de maladies traditionnellement fatales, comme la malnutrition ou les problèmes liés à l’accouchement.


Rime AIT EL HAJ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc