×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marrakech: Verdict dans l’affaire de cocaïne

Par L'Economiste | Edition N°:1752 Le 21/04/2004 | Partager

. La Cour d’appel réduit les peines d’emprisonnement pour la plupart des accusésAprès un procès qui a duré 2 mois, la Cour d’appel de Marrakech vient de prononcer son verdict concernant l’affaire de cocaïne. Les peines, pour la plupart des accusés, ont été réduites et la demande de l’administration des Douanes concernant les amendes au profit a été rejetée. Pas de changement pour ceux qui ont été condamnés à la prison avec sursis. Pour les autres, les condamnations ont été allégées et portées à 2 ans et demi de prison au maximum pour une bonne partie des 18 accusés de trafic et consommation de cocaïne à Marrakech. Exception faite à Assenghor, qui a reconnu avoir vendu de la cocaïne. En effet, le reste des inculpés renie tout trafic et même la consommation. Pour sa part, la défense parle de vices de forme dans la procédure. Les procès-verbaux (PV) de la Police judiciaire n’ont pas été signés par les accusés, qui en ont nié le contenu devant le juge. Les différentes plaidoiries ont attiré particulièrement l’attention du parquet sur “le manque de preuves suffisantes et tangibles”. D’ailleurs, aucun des accusés ne fut interpellé en train de vendre de la drogue!” indique la défense. Rappelons que les 18 personnes impliquées dans ce “trafic” avaient été jugées en février dernier par le tribunal de première instance. Son verdict sera qualifié de lourd avec des peines allant de 4 à 6 ans de prison ferme. L’affaire remonte au mois de janvier après que les services de police avaient annoncé avoir démantelé un réseau de vente de cocaïne, et présenté devant le parquet une liste de 18 noms. Figurent sur cette liste des restaurateurs, des bazaristes et des hôteliers. Les rafles des services de police auraient permis de saisir 70 grammes de cette drogue dure. Pour des responsables à la PJ, cette action est plus préventive pour arrêter le phénomène qui se développait à Marrakech.


Les peines

- Assenghor Mokhtar, responsable commercial: 4 ans- Tika Mohamed Chakib, cadre administratif à l’Université Cadi Ayyad: 2 ans et demi.- Regragui Mohamed Kabil, styliste et exportateur d’artisanat: 2 ans et demi- Bounjadi Idriss, guide: 2 ans et demi- Benabdellah Tarik, hôtelier: 2 ans et demi- Abous Saïd, courtier: 2 ans et demi- Belahssini Youssef, gérant de maison d’hôte: 2 mois- Tonia Hicham, chauffeur de taxi: 2 ans et demi- Fassil Abdessadek, ingénieur d’Etat: 2 ans- Tlalguali, employé: 2 ans- Fakihani Abdessadek, ingénieur d’Etat: 2 ans- Tanbaoui Mouna: 2 ans- Sidki Saloua: 1 an et demi De notre correspondante,Badra BERRISSOULE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc