×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La gauche pour la réforme du pacte de stabilité

Par L'Economiste | Edition N°:1856 Le 17/09/2004 | Partager

La gauche du Parlement européen a manifesté le 15 septembre dernier beaucoup plus d’enthousiasme que les conservateurs et les libéraux sur une éventuelle réforme du pacte de stabilité. Venu présenter aux eurodéputés réunis à Strasbourg l’état des réflexions sur le sujet, le ministre néerlandais des Finances Gerrit Zalm, dont le pays assure la présidence de l’UE, a laissé entendre qu’il n’y avait pas d’accord de ses collègues sur la réforme du Pacte. Lors de leur réunion vendredi 10 septembre à Scheveningen (Pays-Bas), les grands argentiers de l’UE ont estimé que “les modifications apportées aux règlements (du pacte), si elles s’avèrent nécessaires, devaient être réduites au minimum”, selon Zalm. Et ils “ne sont pas encore sûrs” de ce dernier point, a-t-il ajouté. Dans l’hémicycle, les socialistes européens et les Verts n’ont eu aucun état d’âme à approuver par avance tout ce qui pourrait donner un peu plus de souplesse au pacte qui encadre la politique budgétaire des Etats membres. En revanche, les conservateurs et libéraux se sont montrés nettement plus prudents. Chaque pays doit bénéficier d’une marge de manoeuvre pour “maîtriser ses difficultés” économiques, et “il ne peut y avoir d’objectif unique imposé d’en haut”, a souligné le patron des eurodéputés socialistes, le social-démocrate allemand Martin Schulz. Il a promis de “prêter main forte” pour la réforme au commissaire européen aux Affaires économiques Joaquin Almunia. “Les Verts félicitent chaleureusement la Commission européenne” dans son effort d’assouplissement du pacte, a déclaré le Vert français Alain Lipietz. Et d’ajouter que le Japon et les Etats-Unis avaient “tiré la reprise mondiale” en pratiquant une relance budgétaire et en laissant filer les déficits. A l’inverse, l’Allemand Hans Gert Poettering, président du groupe PPE (conservateur et centre-droit) a souligné qu’il ne “fallait pas changer l’interprétation du pacte et encourager” les déficits publics dans les Etats membres. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc