×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Festival international du film animalier et de l’environnement
A la découverte des mystères de la nature

Par L'Economiste | Edition N°:1752 Le 21/04/2004 | Partager

. La 5e édition du Fifale se tient du 22 au 25 avril. Une initiative unique en son genre en AfriqueEnvie de voyage et de grand bleu, une tendresse particulière en voyant un petit animal ou colère impuissante devant les atteintes au bien-être de la nature? Vous êtes servis. L’Association Ribat Al Fath organise du 22 au 25 avril, la 5e édition du Festival international du film animalier et de l’environnement (FIFALE), au Théâtre national Mohammed V. Une initiative unique en son genre en Afrique, qui a pour objectif de présenter, au Maroc, la production cinématographique mondiale animalière et environnementale. A travers la compétition entre les films participants, l’organisation essaie de rapprocher le public des différentes actions menées à l’échelle internationale pour la protection de l’environnement, tout en étant un lieu de rencontre, d’échange et surtout de sensibilisation. «Vu la gravité de la situation environnementale actuelle, la préservation des richesses naturelles animales et végétales, la sauvegarde de l’eau et la lutte contre la pollution deviennent des priorités vitales», expliquent les organisateurs. Avec une programmation variée, le Fifale vise à toucher un large public en provoquant une prise de conscience en plus du plaisir de découvrir des mondes inconnus. Cette 5e édition fait le tour du monde avec 38 courts métrages venant de France, Italie, Finlande, Belgique, Suisse, Canada et l’île de la Réunion. Ils entreront en compétition pour remporter l’une des trois cigognes-or, argent et bronze-, qui récompenseront les meilleurs films. «En identifiant notre trophée à la cigogne, nous avons voulu attirer l’attention sur le sort de cet animal, qui symbolise une partie de la faune marocaine, et se trouve malheureusement aujourd’hui en voie de disparition», explique Danny Sarazin, directrice et fondatrice du Fifale. Au programme aussi «Planète bleue», un film hors compétition qui sera présenté en avant-première. Cette superproduction propose un voyage inédit dans le monde marin, à la découverte d’espèces et espaces inconnus. Pour réaliser «Planète bleue», il a fallu 5 ans de tournage et 200 sites visités à travers 40 pays. «Tous ceux que l’aventure et le voyage intéressent ne seront nullement déçus par ce film», affirme l’organisatrice de la manifestation. En plus des projections, le Fifale c’est aussi des tables rondes. Des producteurs et experts environnementaux participent à ces rencontres pour débattre des problèmes qui menacent la nature et l’environnement, tout en exposant les dernières innovations et techniques adoptées dans le cinéma animalier. «Les animaux dans la société marocaine» est l’un des thèmes retenus pour cette édition. Soucieux de sensibiliser un public plus large à la protection de son environnement, le Fifale se rend dans les écoles de la capitale dans une tentative de changement à travers l’éducation. Un champ d’action important et susceptible de donner des fruits à long terme selon l’organisation. Une exposition variée de peintures, sculptures et photos célébrant la nature vient enrichir la programmation de cette 5e édition.


Quelques films participants

• The Happy cow (28 mn) • Sur les pistes du glacier (30 mn) • Voyage au centre de la pierre (52 mn)• Sur le territoire des mangoustes naines (51 mn)• Cargo Vagabond (52 mn) • Aral, chronique d’une mer asséchée (52 mn) • Les diaboliques religieuses (26 mn)Le tigre de l’amour (52 mn)La quête du paradis perdu (52 mn)Europa, l’île sauvage (52 mn)SOS faune en péril: Cameroun, le grand pillage (52 mn)L’empreinte des dinosaures (52 mn)• Le monstre du Tanganyika (52 mn)• Wild Wild Web (52 mn)• Quand j’serais grand, j’serai éthologiste (26 mn) • Toliara, le nez dans les étoiles (26 mn) • La mare aux miracles (52 mn)• L’énigme du caïman noir (52 mn)• Brésil: un jardin pour la planète (90 mn) Hayat KAMAL IDRISSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc