×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: Vieillissement du vignoble “doukkali”

Par L'Economiste | Edition N°:1856 Le 17/09/2004 | Partager

. 65% des superficies occupées par des plantations de plus de 35 ans La culture de la vigne dans la région des Doukkala occupe une place de choix dans le vignoble national. La superficie réservée à cette culture représente 37% de la superficie nationale et contribue à hauteur de 23% à la production de raisin. Ce vignoble est localisé essentiellement sur des terrains sablonneux, assez pauvres et non irrigués. Il est constitué d’un cépage local dénommé “Doukkali” très apprécié par les consommateurs marocains. Le cépage “Doukkali” est classé parmi les variétés précoces du pays. Il est utilisé pour le raisin de table et de cuve. Mais étant donné sa précocité, il est souvent vendu comme raisin de bouche à des prix plus rémunérateurs, indique-t-on auprès de l’Ormvad. Anciennement installé dans la région et n’ayant subi aucune amélioration notable sur le plan de la conduite technique, ce potentiel viticole ne cesse de régresser. En effet, la superficie cultivée est passée de 20.000 ha au début des années 60 à 13.844 ha actuellement. Les rendements réalisés restent de loin inférieurs aux potentiels du cépage. Des études menées au niveau de la région par l’Ormvad ont relevé un certain nombre de contraintes qui entravent le développement de ce secteur, notamment l’âge des cépages. En effet, les plantations âgées de plus de 35 ans occupent plus de 65% de la superficie totale réservée à la vigne. Ce vieillissement s’opère en l’absence d’un parc à bois authentique de la variété Doukkali. En outre, l’exploitation traditionnelle du cépage pâtit de la faible densité des plantations, des souches mal formées et mal taillées alors que la fertilisation et les traitements phytosanitaires sont aléatoires et mal appliqués. L’opération de greffage est quant à elle inexistante chez les viticulteurs. En comparaison, le secteur irrigué occupe seulement 2% de la superficie totale réservée à la vigne dans la région avec une nette prédominance de la vigne de cuve. Cependant, des agriculteurs ont manifesté leur intérêt pour l’extension progressive de la vigne en irrigué. L’Ormvad a donc adapté sa stratégie en matière de développement de vignoble au niveau de la région des Doukkala. Une stratégie qui tient compte de l’existence de deux secteurs viticoles distincts. Un secteur bour, en régression, qui nécessite une amélioration importante et un secteur irrigué plus performant qui nécessite davantage d’efforts de sensibilisation et d’encadrement pour son extension.


Améliorer la productivité

Les résultats sont demeurés insuffisants malgré les efforts déployés par l’Ormvad et certains opérateurs privés pour l’amélioration du secteur. Mais compte tenu de l’importance du cépage “doukkali” considéré comme patrimoine propre à la région, et dans le but de préserver ce secteur du risque de dégénérescence d’un patrimoine génétiquement très diversifié par l’amélioration des clones locaux, l’Ormvad avait confié à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II la mission de réaliser une étude portant sur l’amélioration de la productivité du vignoble “doukkali”. Cette étude porte sur le rajeunissement et l’amélioration des performances du cépage. Elle doit aussi permettre la sélection des clones productifs à partir du patrimoine de la région dans le but de constituer un parc à bois authentique. De notre correspondant Mohamed RAMDANI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc