×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Deux ans pour le redressement de Coca-Cola

Par L'Economiste | Edition N°:1864 Le 29/09/2004 | Partager

Il fallait s’y attendre. Le redressement du numéro un mondial des boissons gazeuses, l’américain Coca-Cola, pourrait prendre jusqu’à deux ans, a prévenu son nouveau PDG Neville Isdell. La reprise en main du groupe “prendra probablement entre 18 mois et deux ans”, a affirmé le nouveau patron dans un entretien au Financial Times publié hier mardi 28 septembre. Pour ce faire, il est question de redynamiser les ventes de sodas, en nette perte de vitesse aux Etats-Unis. “Je suis conscient que cette idée rend certaines personnes sceptiques, mais la priorité numéro un est de susciter un nouvel intérêt pour les boissons gazeuses”, a martelé Isdell, arrivé en mai à la tête de l’entreprise. Critiquée pour sa lenteur à se diversifier dans les boissons non gazeuses par rapport à son rival Pepsi, Coca-Cola compte toutefois continuer à se concentrer sur les sodas, en cherchant de nouvelles voies de développement. Selon Isdell, les volumes de ventes des boissons énergétiques sont trop faibles, tandis que les eaux en bouteille ne sont pas assez rentables, et peu attractives.   En fait, le nouveau patron ne prévoit pas un changement stratégique radical pour redresser le groupe, mais compte plutôt s’appuyer sur “mille petites choses” pour promouvoir la marque rouge et blanche: meilleure publicité, structure de prix plus élaborée, développement de nouveaux produits dans le cœur du métier du groupe. “Il y a des choses à faire. Nous devons renouer avec la croissance, mais nous n’avons pas besoin de remettre en cause toute la stratégie de l’entreprise”.A la mi-septembre, la firme d’Atlanta avait prévenu que ses résultats au 2e semestre seraient inférieurs aux attentes en raison de mauvaises performances sur son marché intérieur ainsi qu’en Allemagne.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc