×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Abdelhamid Addou: «Une reprise en 2022... Nous y croyons fortement»

Par Amin RBOUB | Edition N°:6123 Le 28/10/2021 | Partager
Le PDG explique les fondamentaux de la nouvelle stratégie
Baisse de 55% du trafic à fin septembre 2021!
3,1 millions de passagers transportés durant la saison estivale
abdelhamid-addou-023.jpg

« L’industrie aérienne souffre toujours des restrictions imposées au transport aérien dues à la pandémie et à  l’instabilité de la situation sanitaire en général... Mais nous restons très optimistes quant aux perspectives de reprise pour 2022, d’autant plus que nous remarquons un léger regain d’activités sur plusieurs marchés en Europe, en Amérique et en Asie» (Ph. L’Economiste)

- L’Economiste: Qu’est-ce qui explique cette restructuration de la compagnie et quels en sont les enjeux à court et à moyen termes ?

- Abdelhamid Addou: Le transport aérien vit la crise la plus grave de son histoire qui a engendré de lourdes pertes à l’ensemble des compagnies aériennes. La plupart de celles-ci ont été obligées d’opérer des plans de restructuration et d’affronter une conjoncture incertaine. Depuis le 2e semestre de 2021, nous avons enregistré une légère amélioration et nous observons quelques signes encourageants pour 2022. Mais en même temps, et bien que l’environnement soit toujours incertain, la concurrence redevient plus rude et les besoins du Royaume en matière de transport aérien sont importants pour relancer notre tourisme et permettre aux Marocains du monde de visiter leur pays aussi souvent que possible.
Il était donc devenu nécessaire pour nous de lancer une nouvelle impulsion autour de la marque et de la commercialisation de nos produits, tout en améliorant fortement l’expérience client, de bout en bout. D’autre part, il est impératif de nous adapter aux nouveaux comportements des voyageurs, portés par des décisions en last minute et une digitalisation accélérée. Cette nouvelle impulsion s’est traduite, dans un premier temps, par une transformation organisationnelle d’envergure. Elle s’accompagnera par la suite d’un process de transformation sur plusieurs chantiers stratégiques, afin d’inscrire notre compagnie nationale dans une nouvelle ère 4.0, orientée vers un développement serein, responsable et une croissance assumée.

- Quels seraient les effets immédiats de cette organisation autour de 5 pôles tant au niveau interne que sur la qualité des prestations et surtout l’expérience client?
- Royal Air Maroc se restructure autour de cinq pôles qui travailleront en synergie en l’occurrence le Pôle Commercial, l’Expérience Client, le Pôle transformation, le Pôle Exploitation et le Support afin de renforcer les performances commerciales et financières du groupe tout en hissant les services en faveur des clients aux niveaux les plus élevés. Cela se fera conformément aux nouvelles orientations stratégiques et en parfaite adéquation avec les transformations entreprises dans le cadre de nos engagements avec l’Etat. Dans un esprit de parfaite coordination et de synergie entre les cinq pôles, le nouvel organigramme se penchera ainsi sur une réorientation  avec la mise en place d’organisations «customer centric», fondées sur l’optimisation de l’expérience client, la digitalisation avancée et les notions de durabilité et d’éco-responsabilité.
Il s’emploiera à créer un environnement propice à la transformation, à l’innovation, au partage et à l’amélioration des mécanismes susceptibles d’accélérer la prise de décision et de favoriser le travail transverse. Toutes les équipes de cet organigramme se mobiliseront également pour optimiser le potentiel de développement lié à l’adhésion de Royal Air Maroc à l’alliance oneworld.

- Aujourd’hui comment évoluent les fondamentaux de la compagnie sur le plan financier et quels sont les leviers pour renouer avec la croissance et la rentabilité?
- L’industrie aérienne souffre toujours des restrictions imposées au transport aérien dues à la pandémie et à  l’instabilité de la situation sanitaire en général. Nous avons été, nous aussi, affectés et notre trafic a subi une baisse de 55% à fin septembre 2021 par rapport à l’exercice 2019. Nonobstant, une légère amélioration a été enregistrée pendant la saison d’été. Nous avons transporté près de 3,1 millions de passagers (à fin septembre 2021), ce qui représente 45% par rapport au trafic d’avant la pandémie (même période). Nous restons cependant très optimistes quant aux perspectives de reprise pour 2022, d’autant plus que nous remarquons un léger regain d’activités sur plusieurs marchés en Europe, en Amérique et en Asie. C’est dans cette optique que nous saisissons toutes les opportunités pour relancer nos lignes historiques et traditionnelles ainsi que pour ouvrir de nouvelles lignes. Nous venons d’annoncer le rétablissement des routes aériennes directes vers Montréal, Miami et Doha qui seront suivies par la ligne Dubaï: une nouvelle liaison qui viendra renforcer notre réseau en Asie.

Propos recueillis par Amin RBOUB

                                                                   

 Mobilisation générale

Selon le PDG Abdelhamid Addo: «Royal Air Maroc se réinvente. Nous sommes plus que jamais mobilisés, dans cette période de relance, à faire face aux défis majeurs qui attendent la compagnie dans les prochaines années. A cet effet, nous avons entièrement recentré la stratégie de l’entreprise sur l’expérience client, maîtrisée de bout en bout, mais également repensé l’expérience du collaborateur pour un capital humain mieux préparé et intégré dans son environnement ». A travers cette restructuration, la compagnie se donne aussi les moyens de ses ambitions: «Nous nous donnons ainsi les moyens de servir dans un objectif d’excellence des clientèles diverses de plus en plus exigeantes, mais aussi de continuer à faire préférer Royal Air Maroc par les nombreux touristes et visiteurs attirés par la destination Maroc », tient à préciser Addou.

 

 

 

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite