×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Dossier El Jadida - PUMA: Un modèle résidentiel pour échapper aux cités-dortoirs

Par L'Economiste | Edition N°:6115 Le 15/10/2021 | Partager
Les premiers acquéreurs annoncés pour 2023
Un rapport qualité/prix intéressant
Une ville nouvelle qui mise sur la mixité

Le nouveau pôle urbain de Mazagan portera ses fruits à partir de 2023. C’est en effet la date prévue pour la sortie des premiers bâtiments et les premiers acquéreurs pourront s’y installer la même année. Il s’agit d’un modèle résidentiel qui vante sobriété et frugalité.

Des constructions collectives et individuelles se fondant parfaitement dans un cadre idyllique. Des immeubles R+3 et R+4, des villas, des duplex...  Pour les appartements, on parle d’une fourchette de 800.000 DH.

De leur côté, les villas intermédiaires démarrent à partir de 1,9 million de DH. Les villas avec piscine, quant à elles, montent en fonction des superficies et les prix peuvent atteindre 3,6 millions de DH. Le rapport qualité/prix est intéressant puisque «le prix du mètre carré est adossé à la moyenne tarifaire du foncier dans la ville d’El Jadida» (Voir L’Economiste du 04/11/2020).

PUMA, cette ville nouvelle veut se démarquer du modèle classique adopté dans l’aménagement des pôles urbains à l’instar de Tamensourt, Tamesna, Lakhyayta, Sala Al Jadida... En effet, selon l’aménageur-développeur du projet, plusieurs mesures et équipements ont été prévus pour éviter de reproduire l’erreur de la cité-dortoir.

C’est d’ailleurs pour cela que le projet s’appuie davantage sur les commerces et lieux touristiques. Dans ce sens, les commerces de proximité et les galeries marchandes ouvriront de manière synchronisée avec le résidentiel, afin d’avoir un parfait équilibre.

«Encourager la mixité sociale, professionnelle et
intergénérationnelle»

PUMA se veut une ville qui prône la mixité. En effet, le projet vise la cohabitation de populations d’horizons divers. «Il n’y a pas de ville durable sans mixité. Ce qui passe également par une grande variété des usages de la ville en termes de logements, de services, de mobilité, de commerces...», soutient l’aménageur.

Ce nouveau site pourrait abriter les futurs employés de la plateforme industrielle de Jorf Lasfar, les navetteurs entre Casablanca et El Jadida, les étudiants du pôle universitaire ou encore les habitants d’El Jadida. S’agissant d’une éco-cité qui sera nichée en pleine forêt, la population des retraités est également une cible envisageable.

Par ailleurs, la première phase du projet devra accueillir 46.000 habitants à partir de 2023-2024, tandis que la deuxième phase accueillera 101.000 habitants entre 2025 et 2029. Enfin, la troisième  devra accueillir 134.000 habitants au total. Celle-ci prendra fin en 2034.

La ville accueillera outre deux hôtels dont la gérance sera confiée à des enseignes internationales soit Hilton et Mariott, des apparts hôtels qui seront gérés par le pôle hôtelier de l’OCP (OCP Hospitality). La construction de cliniques spécialisées aux standards internationaux est également prévue et est déjà convoitée par des groupes étrangers.

M. Be.

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite