×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Chambre des conseillers: Le RNI confirme son leadership

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:6109 Le 07/10/2021 | Partager
Le parti de la colombe en tête des résultats avec 27 sièges
Le trio de la majorité conforté
Débâcle du PJD et de son bras syndical

Comme prévu, les 3 partis de la majorité gouvernementale ont confirmé leur domination sur la scène politique. Après les chambres professionnelles et la Chambre des représentants, le RNI, le PAM et l’Istiqlal se sont adjugés les 3 premières places dans le scrutin indirect organisé mardi dernier. Ils ont accaparé une grande partie des sièges de la Chambre des conseillers.

chambre-des-conseillers-009.jpg

Les résultats des élections de la Chambre des conseillers ont confirmé la domination des trois partis de la majorité, qui ont totalisé 63 sièges, soit plus de la moitié des 120 sièges que compte la 2e Chambre

Le processus de renouvellement des instances élues a été ainsi finalisé, avant l’ouverture officielle de la session parlementaire, demain vendredi. Les nouveaux membres des deux Chambres devront par la suite procéder à l’élection de leurs présidents et des membres des bureaux et des commissions permanentes.

Dans les détails, le RNI est arrivé en tête, avec 27 sièges sur les 120 que compte la 2e Chambre, selon les résultats provisoires, dévoilés par le ministère de l’Intérieur. Il est suivi du PAM, avec 19 sièges et de l’Istiqlal avec 17 sièges. Les résultats des autres formations politiques semblent confirmer les tendances enregistrées lors des scrutins du 8 septembre dernier. Le MP est arrivé 4e avec 12 sièges, suivi du PJD avec seulement 3 sièges et de l’UC avec 2 sièges. 3 autres formations ont remporté chacune 1 siège, en plus d’un nouveau conseiller sans appartenance politique.

La débâcle du PJD s’est consacrée lors de ces élections. Si le parti a obtenu à peine 3 sièges, l’UNTM, bras syndical de ce parti, s’est également contenté de 2 sièges, au niveau des élections relatives au corps électoral des représentants des salariés. Dans cette catégorie, c’est l’UMT qui arrive premier, avec 8 sièges. Il est suivi de l’UGTM, proche de l’Istiqlal, avec 6 sièges. La CDT a, quant à elle, obtenu 3 sièges et la FDT 1 siège.

Pour ce qui est des conseillers issus des collèges électoraux du patronat, la moitié des 8 sièges dédiés à cette catégorie ont été remportés par des candidats de la circonscription Centre. La liste de Abdelilah Hifdi a remporté 2 sièges. Il rempile à la 2e Chambre, en compagnie de Neila Tazi. Les deux autres listes ont glané chacune 1 siège. Les deux conseillers sont Youssef Alaoui et Mohamed Reda Lahmini. A la circonscription Nord, deux listes ont remporté un siège chacune. Les élus sont Abdelkrim Mehdi et Mohamed Ammouri. Au Sud, les conseillers CGEM sont Sidi Tayeb El Moussaoui et Ahmed Essaghir.

La nouvelle répartition des sièges à la Chambre des conseillers offre un nouvel appui au gouvernement Akhannouch. Le nouvel exécutif disposera d’une majorité confortable au niveau des deux Chambres du Parlement.

Une configuration en contraste avec celle des deux derniers mandats, où les gouvernements Benkirane et El Othmani disposaient d’une majorité au niveau de la Chambre des représentants, mais devaient faire face à une opposition représentée en force au niveau de la 2e Chambre. Pour cette législature, l’opposition semble affaiblie et dispersée.

L’USFP, qui avait annoncé clairement son positionnement dans l’opposition s’est contenté de 8 sièges. Du côté des syndicats, la CDT et la FDT, proche des partis de gauche, totalisent à peine 4 sièges. En face, les 3 partis de la majorité ont accaparé 63 sièges sur les 120 que compte la 2e Chambre, soit plus de la moitié.

Taux de participation

Lors de ce scrutin indirect, 691 candidatures étaient en course pour occuper 120 sièges, soit une moyenne de 6 candidatures par siège. En matière de participation des grands électeurs, le taux le plus élevé a été enregistré au niveau des corps électoraux des collectivités territoriales, des chambres professionnelles et des organisations des employeurs, avec 94,86%. En face, ce taux n’a pas dépassé 40,49% pour les corps électoraux des représentants des salariés.

Elections en chiffres

  • 691 candidatures étaient en course pour 120 sièges
  • 94,86% est le taux de participation pour les collectivités territoriales, les chambres professionnelles et le patronat
  • 40,49% est le taux de participation pour les représentants des salariés
  • 3 partis ont remporté un siège chacun
  • 1 nouveau conseiller sans appartenance politique
  • 120 sièges à la Chambre des conseillers
  • 72 sièges réservés aux collectivités territoriales
  • 20 sièges aux Chambres professionnelles
  • 8 aux organisations des employeurs
  • 20 aux représentants des salariés.

M.A.M.

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite

Retrouvez dans la même rubrique