×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Art & Culture Week-End: Documentaire, Hold-up dites-vous?

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5888 Le 20/11/2020 | Partager
Le film privilégiant les thèses complotistes fait polémique
Plus de 5 millions de vues sur les réseaux sociaux

Sitôt mis en ligne, le 11 novembre dernier, le documentaire «Hold-up : retour sur un chaos», déclenche passions, polémique et attaques virulentes en France mais également chez nous.  Le pamphlet de près de 2h40 conçu grâce au financement participatif, dénonce, pêle-mêle: la mauvaise gestion de la pandémie par le gouvernement français ainsi que les incohérences, les mensonges et manipulations de la communauté scientifique, des médias, des géants du numérique «big tech» ou encore des laboratoires pharmaceutiques ou «big pharma».

hold-up-088.jpg

Réalisé par Pierre Benamias, le film, qui a déjà totalisé quelque 5 millions de vues sur les réseaux sociaux, donne la parole à de très nombreux intervenants dont le point commun est d’être «covid-sceptiques». En pleine crise sanitaire liée à la Covid-19 et à un moment de l’année critique et anxiogène, où le nombre de cas annoncés est de plus en plus élevé, où le système sanitaire frôle la saturation, le phénomène «Hold-up» rencontre un succès certain chez un grand nombre d’internautes.

Ras le bol généralisé, angoisse face à des lendemains incertains, mesures de restrictions à rallonge, beaucoup de raisons probablement pour que les spectateurs se laissent séduire par des théories complotistes qui gagnent facilement du terrain au risque de porter atteinte  à l’effort collectif pour juguler la pandémie. Il faut dire que tous les ingrédients de la théorie du nouvel ordre mondial (chère aux complotistes), y sont présents.

Le documentaire plante le décor d’une société inégalitaire, sous contrôle des forces du mal, renforçant une défiance latente vis-à-vis des institutions. Les concepteurs distillent ensuite un flot d’informations dans lequel le faux est mélangé au vrai (des informations erronées largement démontées par des spécialistes) pour que le faux semble un peu plus vrai. Une manière également de poser sur la table des interrogations légitimes sur la gestion de la crise sanitaire, et de s’appuyer sur les contradictions et revirements réels des gouvernements pour déployer un argumentaire complotiste.

Des experts qui sont ouvertement délégitimés quand leurs propos ne vont pas dans le sens des producteurs, qui les accusent de jouer le jeu des instigateurs du grand complot. Au-delà de la polémique, la question qui se pose actuellement est bien sûr l’ampleur qu’offrent les réseaux sociaux à ce genre d’informations quand l’ensemble des acteurs mondiaux affirment s’engager contre les fake news. Face à l’ampleur prise par le phénomène, la plateforme de partage de vidéos Vimeo a annoncé le retrait du documentaire de sa plateforme, mais il reste accessible sur d’autres sites.

A.Bo

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc