×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Il y a 29 ans sur L'Economiste

Par Dr Mohamed BENABID | Edition N°:5887 Le 19/11/2020 | Partager
leconomiste-1-087.jpg

Comment étaient l’économie et les entreprises marocaines quand L’Economiste fut créé. Cette sélection nous permet de mieux comprendre le présent et de juger l’évolution que L’Economiste accompagne depuis sa création à ce jour.

Dans son édition du 21 novembre 1991, L’Economiste s’intéresse à un secteur éminemment stratégique du point de vue économique et financier: l’assurance. Le marché connaît d’inquiétants soubresauts. Nous sommes alors en pleine campagne d’assainissement, selon le vocable consacré à l’époque.

Dès le milieu des années 80, les menaces de faillites de compagnies d’assurances s’enchaînent, alimentées par des erreurs de gestion, et de sous-tarification, particulièrement pour la branche automobile, imprimant dans l’esprit de la population l’image d’un secteur sinistré. Sept sociétés d’assurance ( MCMA, CNIA, l’Entente, RMA, Arabia, CADA et  Remar) proposent à l’Administration, la puissante et ex-DAPS (direction de l’assurance et de la prévoyance sociale) un plan de redressement.

Elles postulent alors au concours du fonds de solidarité. La création en 1984 de ce fonds, une sorte de compte d’affectation spéciale, financé par une taxe de 15%, était en lui même une  révolution. Les assureurs y étaient éligibles à condition de présenter des plans de redressement satisfaisants.

leconomiste-2-087.jpg

En réalité, en instituant le fonds, l’Etat faisait implicitement son mea culpa sur la politique d’encadrement des tarifs, laquelle expliquait en partie le désastre. Tous les candidats n’y seront pas éligibles. Les plans de l’Arabia, Cada et Remar seront rejetés et ces compagnies, qui seront rejointes par deux autres, la Renaissance et la Victoire, vont tomber sous le coup de l’administration provisoire puis de la liquidation.

Restait la question de l’indemnisation des victimes: le fonds de solidarité sera de nouveau sollicité mais il n’y avait pas assez d’argent dans ses caisses: entre 300 à 400 millions de DH alors que le déficit de couverture était estimé entre 5 à 6 milliards de DH. Les indemnisations se feront dès lors au rabais et ne dépasseront pas dans la majorité des cas la moitié des montants fixés par les tribunaux.

Le processus de liquidation des compagnies, excessivement long dans le cas des assurances (une quinzaine d’années dans le meilleur des cas), contribuera à faire durer le supplice. Ce qui suscitera dans la foulée quelques grincements de dents comme en 1997 lorsque l’association des barreaux du Maroc exprimera sa colère en organisant les sit-in dans les tribunaux du pays. Si ce feuilleton a ouvert une atroce cicatrice, il permettra en revanche au secteur de redémarrer sur des fondamentaux solides pour en faire l’un des plus performants du continent.

M.B.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc