×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le Covid-19 bouscule les habitudes des Medays

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5876 Le 02/11/2020 | Partager
Une édition sous forme de web-sessions
Pandémie, mais aussi relations sud-sud au menu
La «Diplomatie du vaccin» fera aussi l’objet des discussions

Les Medays sont de retour, mais sous une autre forme. Du 10 au 17 novembre, le Davos tangérois tel qu’est surnommé l’événement initié par l’institut Amadeus, lance une série de conférences virtuelles, les Medays Talks sous forme de web-sessions.

medays-076.jpg

A la différence des éditions précédentes, les Medays passeront cette année en mode virtuel avec des web-sessions (Ph. Adam)

Le format change, mais le contenu reste le même, tel que l’indique le programme de cette édition impactée par l’épidémie du coronavirus. En effet, la pandémie mondiale a obligé les organisateurs à opter pour une organisation en virtuel de l’édition 2020 des Medays. Et c’est l’épidémie qui se taillera la part du lion lors des débats.

Parmi les sessions figure en premier lieu une série de témoignages sur les leçons à retenir de cette pandémie et surtout les moyens de se préparer pour faire face à la prochaine «attaque».

Les Medays Talks parleront aussi «business» avec une session dédiée aux échanges Afrique-Asie-Amérique du Sud dans le sillage de la crise Covid. Le vaccin et ses répercussions sur les relations entre Etats, que cette conférence virtuelle a baptisé «la Diplomatie du vaccin», fera aussi l’objet d’une des sessions.

La situation en Libye, les relations Chine-USA, Chine-Pays arabes, après les élections américaines seront elles aussi analysées en profondeur. Comme d’habitude dans le cadre des Medays, le continent africain fera la part belle lors des échanges avec plusieurs panels dédiés dans le sillage de la crise Covid. A ce niveau, pour la ville de Tanger, la perte sera énorme. La ville a accueilli l’événement depuis son lancement en 2008. Outre la perte en termes d’impact économique, l’événement représentant en moyenne quelques milliers de nuitées hôtelières et autant en termes de journées de travail, c’est une vitrine de choix que la ville perd cette année.

En effet, l’événement connaît, en période normale, un grand intérêt parmi les médias. En 2019, plus de 150 journalistes ont été accrédités dont des chaînes de télévision et de grands journaux du continent africain et du reste du monde.

Ali ABJIOU

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc