×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme : Le contrat-programme en marche

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5865 Le 15/10/2020 | Partager
Plus de 1.100 entreprises ont bénéficié du mécanisme de garantie
Révision de la classification des établissements d’hébergement

Le citoyen marocain représente le premier client des établissements hôteliers puisqu’il contribue à hauteur de 34% du total des nuitées sur le plan national. C’est ce qu’a annoncé la ministre du Tourisme, Nadia Fettah Alaoui, devant la Chambre des conseillers. Une occasion pour elle de rectifier une idée reçue sur le recours au tourisme interne en cas de rareté des touristes internationaux. En 2019, il a représenté le tiers des recettes, soit 41 milliards de DH (cf. www.leconomiste.com).  Les chiffres à fin août ont montré une baisse de 77% du nombre des touristes aux postes frontières et un repli de 67% des nuitées dans les hôtels classés. Le recul des revenus est de 54% en comparaison avec 2019.
En dépit du contexte actuel difficile, la saison estivale a été marquée par une bonne attractivité de plusieurs stations touristiques comme Agadir, Saïdia, Dakhla, Ifrane, Mdiq et Findeq. Une étude détaillée a été menée en janvier dernier et qui visait à revoir l’offre pour l’adapter aux demandes des touristes locaux. «Afin de lui accorder la place qu’il mérite», ce département a mis en place un plan de travail pour sa promotion. Une initiative a été lancée en partenariat avec les conseils régionaux et provinciaux du tourisme, à travers des vidéos promotionnelles montrant les potentiels touristiques du pays, y compris celles du monde rural. 

Soutien des travailleurs

Signé le 6 août dernier, le contrat-programme de relance du secteur donne une part importante au tourisme intérieur. Il comprend plusieurs composantes comme notamment l’élaboration des produits qui correspondent aux besoins des touristes marocains. S’ajoute la mise en place d’un programme de promotion et de commercialisation.
Dans sa réaction aux remarques des parlementaires, la ministre a rappelé la révision de la classification de manière à permettre le renforcement et la clarification de l’offre du tourisme interne. Elle a cité les clubs et les résidences comme établissements d’hébergement orientés vers ce tourisme. En outre, il s’agit de soumettre l’ouverture de tout établissement d’hébergement à une autorisation d’exploitation, accordée après l’obtention d’un classement provisoire et le respect des différentes règles de distanciation sociale et sanitaire. L’idée est de mettre en place une nouvelle méthodologie au niveau du classement de l’exploitation qui permet de maîtriser la qualité et l’évaluation des services. Il sera question de contrôle des établissements hôteliers par des clients confidentiels accrédités auprès de l’administration. Une approche ayant fait ses preuves à l’international.
Nadia Fettah a cité les principales réalisations et les mesures prises dans le cadre du contrat-programme. Ainsi, le décret  permettant aux guides touristiques de disposer de la couverture médicale après tant d’années d’attente a été publié au Bulletin officiel. D’autres actions d’ordre économique ont été effectuées dont la plus importante a trait au soutien des travailleurs du secteur. Cela s’est effectué à travers l’octroi d’une indemnité forfaitaire de 2.000 DH  au profit des salariés. De même, il a été procédé à la prolongation de la suspension du paiement des contributions sociales, notamment au profit de la CNSS.  Idem pour les exonérations en matière d’indemnités supplémentaires accordées aux salariés et des délais de paiement des dettes relatives à la garantie Damane Oxygène au profit des entreprises touristiques. C’est aussi le cas de la mise en place de trois nouveaux mécanismes  de garantie dont ont profité jusqu’ici plus de 1.100 entreprises touristiques. D’ailleurs, l’exécution des dispositions du contrat-programme a démarré puisque les employés du secteur ont commencé  à recevoir une aide financière mensuelle qui sera déployée jusqu’à décembre prochain. 


Doléances des artisans

artisans.jpg
 

L’artisanat est un secteur qui a souffert des effets de cette pandémie. Le ministère de tutelle a mobilisé son administration centrale et territoriale en vue d’accompagner les opérateurs pour bénéficier des aides financières ainsi que les dispositions prises dans ce domaine. Une étude de terrain menée en mai a montré qu’une partie de leurs doléances vise l’accès aux crédits sans intérêts et le soutien à la commercialisation électronique. A cela s’ajoute la mise en place de mécanismes d’écoute mis à leur disposition. Nadia Fettah, qui en assure la tutelle, a tenu à accompagner les unités et les espaces de production. L’objectif est de mettre en place des conditions pour la sécurité sanitaire dans les lieux de travail qui répondent aux standards préconisés par les autorités compétentes. 
Un appel au volontariat pour l’appui des coopératives dans la préparation d’identités flexibles et de soutien de leurs capacités commerciales a été initié. L’idée est de les mettre à niveau pour accéder au marché électronique. Ainsi, plus de 300 demandes proviennent de volontaires de sociétés, d’associations, d’enseignants et d’experts. Plus de 870 coopératives ont pu profiter de ces services gratuits. 
Le ministère a procédé au lancement de l’initiative «solidaires avec les coopératives» afin de trouver des points de vente durant cette période exceptionnelle, particulièrement après l’annulation des foires et des expositions. Et cela en partenariat avec les acteurs de la société civile et le privé et qui ont donné des résultats satisfaisants pour les coopératives bénéficiaires. Des coopératives de couture ont obtenu gratuitement la certification pour contribuer à la production des masques de protection, selon les normes approuvées au niveau national et cela en coordination avec le ministère de l’Industrie, Imanor et l’institut supérieur de l’industrie de textile et d’habillement.

M.C.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc