×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Scénario macroéconomique: «Il faudra encore au moins 2 ans pour espérer un retour à la normale»

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5852 Le 28/09/2020 | Partager
Une récession mondiale de -4,7% en 2020, suivie d’un rebond de croissance de +4,6%
Le nombre de défaillances croîtra de +31% entre 2019 et 2021
Les pronostics d’Euler Hermes

Neuf mois après l’apparition du virus Covid-19, où en est l’économie mondiale? Alors que l’activité internationale a été brusquement interrompue lors du premier semestre 2020, des signes de reprise sont-ils en train de s’installer? «Le retour à la normale ne semble pas se profiler à court terme», indique l’étude «Living On With A Covid-19 Hum», établi par Euler Hermes et Allianz Research. Voici quelques pronostics.

n Une récession, puis un rebond: Après un fort effet de rattrapage au 3e trimestre 2020, un ralentissement de la reprise est à prévoir au 4e trimestre et au 1er trimestre 2021. En cause principalement, le durcissement des mesures sanitaires destinées à enrayer la propagation du virus. Celles-ci freineront les perspectives de redémarrage d’activité à l’échelle mondiale. Euler Hermes prévoit une récession mondiale de -4,7% cette année, suivie d’un rebond de croissance de +4,6%. Il faudra encore au moins 2 ans pour espérer un retour à la normale. D’autre part, les restrictions à l’activité touristique devraient affecter la croissance dans plusieurs pays dont le Maroc (-5,2%).

n Une vague de défaillances: Grâce aux mesures étatiques de soutien aux entreprises et à l’ajustement des dispositifs de procédures collectives dans de nombreux pays, dont l’objectif était de laisser le temps aux entreprises de s’adapter au contexte sanitaire et économique, le nombre de défaillances dans le monde a reculé de -7% (a/a: d’année en année) au premier semestre 2020. Mais il s’agit d’un effet trompe-l’œil.

La tendance devrait s’inverser dès le 4e trimestre de cette année, lorsque le traitement des procédures de faillites reprendra son cours (même si des traitements administratifs à plusieurs vitesses sont à prévoir) et que le soutien public aux entreprises s’estompera. Ainsi, Euler Hermes estime que le nombre de défaillances dans le monde croîtra de +31% entre 2019 et 2021. Aucun pays n’est épargné par la résurgence du risque d’impayés. C’est le cas au Maroc. Selon les projections, les défaillances d’entreprises augmenteront de 14% en 2020 (9.600 défaillances supplémentaires) d’année en année et de 10% en 2021 (10.600 défaillances supplémentaires) (Voir détail dans l’entretien de Selin Ozyurt, économiste senior chez Euler Hermes dans notre édition N° 5800 du 09/07/2020).

                                                                       

Recul des échanges commerciaux

macroeconomique-052.jpg

Malgré un rebond de la demande mondiale de biens plus fort que prévu, les Etats-Unis et l’Europe occidentale sont en retard par rapport à la Chine, l’Asie émergente et l’Europe de l’Est. En revanche, en 2020, un recul des échanges mondiaux de biens et de services en volume de -13% (contre -11% en 2009) est prévu. Cela représente une contraction du commerce en valeur de -4.000 milliards de dollars. Un rebond mécanique des échanges de l’ordre de +7% est attendu en 2021, mais le retour aux niveaux d’avant-crise n’interviendra pas avant 2023 (contre 2022 pour les échanges de biens).

Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc