×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tétouan: Un canal pour protéger la zone industrielle des crues

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5843 Le 15/09/2020 | Partager
Un développement envenimé par la menace des inondations
L’ouvrage permettra de se protéger des crues de l’oued Mhannech

La zone industrielle de Tétouan est l’un des plus importants bassins d’emploi. Mais construite sur des terrains inondables, elle voit son développement compromis à chaque saison des pluies.

tetouan-canal-043.jpg

La zone industrielle de Tétouan est un important bassin d’emploi pour la ville, mais sa construction sur des terrains inondables compromet son développement futur (Ph. Adam)

Le conseil de la Région en partenariat avec la Commune de Tétouan et l’Agence pour le bassin du Loukkous viennent de signer une convention pour la protection de cette zone des inondations. Il s’agit de la construction d’un canal de contention dans le périmètre sud de la zone pour recueillir les eaux de l’oued Mhannech qui passe à côté.

Les travaux d’étude et la préparation des cahiers des charges seront à la charge de l’Agence du bassin du Loukkous, tandis que la commune s’attellera au lancement des appels d’offres et au suivi des travaux en coordination avec les autorités locales et la société Amendis, en charge de la gestion de l’assainissement liquide. Quant au Conseil de la Région, il se charge du financement de cette infrastructure à laquelle il a alloué un budget de 7 millions de DH.
Les travaux seront lancés en 2021 dès l’attribution des marchés par appel d’offres, avec une entrée en service effective du canal en 2022.

A noter que la zone industrielle de Tétouan a été lancée en 1980. Elle est située à 7 km de la ville sur la route de Martil et elle s’étend sur un terrain d’une superficie totale de 47 hectares partagé en 178 lots de différentes superficies. Selon les derniers chiffres de 2019, elle compte une vingtaine d’entreprises totalisant 5.200 emplois, loin des 11.000 qu’elle accueillait en 2013. Elle intègre une pépinière d’entreprises qui comprend 63 locaux professionnels et un centre de formation.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc