×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

En e-learning, les cours ne passent pas!

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5816 Le 04/08/2020 | Partager
La moitié des jeunes place la difficulté de compréhension en tête des inconvénients
«Paradoxalement, la technologie ne facilite pas la tâche des profs!»
Quelles solutions pour la rentrée?
seul_14_estime_que_lecole_en_ligne_na_pas_dimpact.jpg
Le retard d’apprentissage arrive loin devant tous les inconvénients du e-learning relevés par les apprenants, tels que l’addiction, le stress et troubles de concentration, ou encore le manque d’activités physiques. Seul un quart des sondés estime que les cours en ligne n’ont aucun impact  

Et encore une étude relevant le malaise des élèves et étudiants par rapport à l’enseignement à distance servi durant le confinement. 46,8% des jeunes ont pointé du doigt la difficulté à assimiler les cours à distance. Selon le dernier panel du HCP sur l’impact économique, social et psychologique du coronavirus, réalisé du 15 au 24 juin auprès de 2.169 ménages, aux yeux des jeunes, le retard d’apprentissage se place en tête des inconvénients du e-learning (voir graphique).
A la rentrée, donc d’ici un mois, et à la lumière de la récente dégradation de la situation épidémiologique, les cours risquent bien de commencer à distance. Durant le confinement, une première expérience a été acquise. Mais il n’en demeure pas moins que les élèves, étudiants et enseignants sont toujours peu préparés à ce mode d’apprentissage. Démarrer l’année scolaire-universitaire avec un modèle peu maîtrisé pourrait conduire à un grave cumul de lacunes. Comment gérer cette situation imposée par la pandémie? 
«Il n’y a pas de mystère, la première recommandation serait de continuer à former les enseignants au e-learning, et à encadrer les élèves et étudiants afin qu’ils utilisent correctement les outils mis à leur disposition. Toutefois, pour cela, il faudrait mobiliser suffisamment de formateurs performants dans le domaine», souligne Awatif Beggar, enseignante-chercheure en technologies éducatives à la faculté des sciences de Meknès. Il faudrait donc former au préalable des formateurs spécialisés. 

Contrat pédagogique

prescolaire.jpg

Source: HCP
Les 4-5 ans ont été les grands perdants du confinement. Près de 84% n’ont reçu aucun enseignement à distance (79,1% pour les citadins et 94,6% pour les ruraux). 43,7% des ménages ont justifié cela par la méconnaissance de l’existence de canaux dédiés, près du quart a évoqué la difficulté de suivre les cours par les enfants en bas âge, 10,7% ont jugé cela «inutile», tandis que 5,5% ont cité le manque d’outils

A la rentrée, la chercheure préconise des «séances zéro» pour préparer les jeunes au mode distanciel, leur expliquant la nouvelle manière de travailler. Elle pourrait aussi servir à établir un contrat pédagogique avec les apprenants. Beggar insiste, également, sur une formation continue massive du corps enseignant et une évaluation permanente de l’offre en ligne. «Paradoxalement, la technologie ne facilite pas la tâche des profs. Si, par exemple, le contenu d’un cours en présentiel se prépare en 3 heures, en e-learning cela nécessiterait 3 à 4 jours», prévient l’experte. En mode distanciel, les enseignants doivent à la fois travailler sur le fond et la forme de leur cours, les scénariser et concevoir des solutions adéquates pour transmettre leurs contenus. Dans ce processus, l’interactivité est essentielle. «Durant le confinement, l’enseignement à distance n’a pas vraiment marché parce que la majorité des enseignants s’est contentée de visioconférences accompagnées d’exercices. Les méthodes du présentiel ont été appliquées à distance, mais sans interactivité. Or, c’est ce qui permet à l’enseignant de repérer les failles et d’ajuster son cours en fonction des acquis de ses élèves», explique Awatif Beggar. Enseigner en ligne est «chronophage». «Des professeurs pourraient travailler en équipe pour concevoir un contenu», suggère la chercheure.
Jusqu’à présent, le ministère de l’Education nationale n’a pas encore partagé ses scénarios pour la rentrée. Néanmoins, même avec une rentrée en présentiel, le e-learning ne sera pas exclu pour autant.

Ahlam NAZIH  

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc